Soins complexes à domicile pour enfants
https://soinscomplexesadomicilepourenfants.com

Soins de trachéostomie

Qu'est-ce que c'est?

Comment ça fonctionne?

Canule trachéale simple et ses composantes

Corps de la canule, appelé communément « canule »
  • Partie interne et invisible insérée dans la trachée par la trachéostomie.
  • Sert à garder la trachéostomie ouverte.
  • Permet le transport de l’air entre l’extérieur et l’intérieur et l’aspiration des sécrétions trachéales.
Ailettes ou collerette
  • Partie externe et visible qui se prolonge de part et d’autre de la canule et qui s’appuie sur le cou.
  • Une ouverture est présente sur chaque côté pour laisser passer la bande de fixation (bande Velcro® ou cordons en tissu) qui s’attache autour du cou pour garder la canule trachéale en place.
  • Servent de point d’appui pour les doigts afin de stabiliser la canule lors des soins.
Connecteur ou embout
  • Partie externe et visible de la canule.
  • L’air circule par son ouverture qui permet aussi d’introduire le cathéter pour l’aspiration des sécrétions trachéales.
  • Permet de raccorder le nez artificiel, la valve de phonation, le ballon de ventilation manuelle ou de brancher le respirateur.
Mandrin ou mandrin d’introduction ou introducteur ou obturateur ou mandrin d’obturation
  • Utilisé lors du changement de la canule trachéale.
  • Sert de guide durant l’insertion de la canule pour faciliter sa mise en place dans la trachée.
  • Son bout arrondi permet d’assurer une insertion de la canule en douceur et diminue la possibilité d’irriter la trachée.
  • Doit être retiré immédiatement après l’insertion de la canule car empêche la circulation de l’air.

Autres types de canules trachéales

Canule avec ballonnet
  • Ce modèle de canule est équipé d’un ballonnet qui est un petit réservoir souple et invisible de l’extérieur entourant l’extrémité de la canule simple ou de la canule externe. Ce ballonnet peut être rempli d’air.
  • Il comprend un ballonnet témoin, visible de l’extérieur, qui indique le gonflement du ballonnet de la canule qui se trouve à l’intérieur de la trachée.
  • Lorsque le ballonnet est gonflé par le ballonnet témoin, il permet de bloquer le passage de l’air (partiellement ou complètement) vers la bouche et le nez et donc de prévenir les fuites d’air entre la canule et la trachée.
  • Lorsque le ballonnet est dégonflé, il permet à l’enfant de parler et, dans certains cas, de manger et de boire plus facilement.
  • La canule avec ballonnet est principalement utilisée lors de la ventilation invasive assistée ou pour empêcher les sécrétions provenant du nez ou de la gorge de se rendre jusqu’aux poumons chez les enfants plus à risque d’aspiration.
  • Le ballonnet témoin permet de savoir si le ballonnet est gonflé ou non et nous donne des indications sur son bon fonctionnement.
Canule 2 pièces : canules externe et interne
  • Étant plus grosse, la canule 2 pièces est plutôt utilisée chez les adolescents et les adultes.
  • Composée d’une canule externe (placée à l’intérieur de la trachée) et d’une canule interne (qui s’insère dans la canule externe).
  • La canule interne se fixe à la canule externe par un système de verrouillage.
  • La canule interne doit être enlevée puis nettoyée (si réutilisable) ou changée (si à usage unique) à chaque jour ou selon les recommandations de l’équipe de soins.
 
Canule fenêtrée
  • Canule 2 pièces dont la canule externe possède une ouverture (fenêtre) permettant à l’air expiré de faire vibrer les cordes vocales en remontant.
  • Sa canule interne peut avoir une fenêtre ou non :
    • la canule interne fenêtrée permet à l’enfant de parler.
    • la canule interne non fenêtrée permet l’aspiration des sécrétions et la ventilation par respirateur.
  • Étant plus grosses, les canules fenêtrées, sont rarement utilisées chez les petits enfants; elles le sont surtout chez les adolescents.
 523.Fenestrated tracheal cannula.FINAL

Équipements spéficiques additionnels

Nez artificiel (ou filtre échangeur ou échangeur de chaleur et d’humidité)
  • Sert à humidifier, réchauffer et filtrer l’air inspiré en emprisonnant une partie de l’air expiré, humidifié et réchauffé par les poumons, pour qu’il se mélange à l’air inspiré.
  • Utilisé chez les enfants dont la condition le permet.
  • Nettoie l’air inspiré des particules pouvant irriter les poumons.
  • Certains modèles de nez artificiel s’installent sur le connecteur de la canule de trachéostomie et d’autres dans le circuit du respirateur.
  • Peut être utilisé en tout temps mais surtout le jour, lors des transports et particulièrement dehors par temps froid ou dans les endroits où il y a beaucoup de poussière.
  • Utile pour protéger l’entrée de la trachéostomie dans certaines circonstances (pendant le bain ou pour empêcher l’insertion de petits objets).
  • Certains modèles permettent le branchement à l’oxygène.
  • Déconseillé de l’utiliser en même temps qu’un humidificateur chauffant ou à un réservoir d’eau connecté à un compresseur d’air pour humidité car il y a possibilité que votre enfant reçoive trop d’humidité, ce qui peut lui donner de la difficulté à respirer.
  • Déconseillé de l’utiliser chez un enfant connecté à un appareil d’assistance ventilatoire pendant la nuit pour qui l’humidificateur chauffant est plutôt recommandé.
  • Doit être jeté puis remplacé à tous les jours ou plus souvent s’il est rempli de sécrétions ou s’il y a accumulation d’eau.
 524.Arificial nose - nez artificiel.FINAL
Coffret trachéal (ou collet trachéal)
  • Sert à humidifier l’air inspiré.
  • Connecté à un réservoir d’eau et relié à un compresseur d’air pour humidité.
  • S’utilise surtout la nuit et durant les siestes.
  • Peut aussi être utilisé aussi pour l’administration de médicaments ou d’oxygène par nébuliseur.
  • S’installe autour du cou en couvrant complètement la trachéostomie.
  • Nettoyez-le une fois par semaine (ou plus souvent au besoin) à l’eau savonneuse tiède non parfumé; rincez à l’eau tiède du robinet et laissez sécher à l’air avant d’entreposer dans un contenant fermé et propre ou une taie d’oreiller en coton.
  • Changez-le aux trois mois ou plus souvent si nécessaire, selon les recommandations du fabricant ou de votre équipe de soins.
 531.coffret tracheal
Compresseur d’air pour humidité
  • Permet l’administration d’humidité par coffret trachéal connecté à la trachéostomie afin d’éviter la formation de bouchons muqueux.
  • Nécessite un réservoir d’eau déminéralisée pour éviter les dépôts de calcaire qui peuvent s’accumuler avec l’eau bouillie et nuire à la respiration de votre enfant.
  • Comme l’équipement limite les mouvements de l’enfant, il est souvent utilisé la nuit et durant les siestes.
  • L’appareillage doit être bien entretenu pour éviter le développement de bactéries et de moisissures, selon les recommandations du fabricant ou de votre équipe de soins.
 527.air compressor for humidity delivery-coffret traceal avec reservoir et compresseur air pour humidite avec ID.FINAL
Humidificateur chauffant (ou plaque chauffante)
  • Jumelé à un appareil d’assistance ventilatoire pour humidifier l’air qui en provient.
  • Le niveau d’humidité étant plus élevé qu’avec un nez artificiel, il doit être utilisé durant la nuit, les siestes et le plus souvent possible durant le jour.
  • Peut être utilisé avec un coffret trachéal ou une interface ventilatoire.
 540.heated humidifier-humidificateur chauffant.FINAL
Valve de phonation (ex : Passy-Muir®, Shiley®)
  • Se fixe sur le connecteur de la canule trachéale et permet de parler tout en laissant circuler l’air.
  • Utilisé chez les enfants dont la condition le permet.
  • La valve est unidirectionnelle (à sens unique) : elle s’ouvre pendant l’inspiration (entrée d’air par la trachéostomie) et se ferme pendant l’expiration; l’air est forcé de sortir par le nez et la bouche après être passé par les cordes vocales, ce qui permet de vocaliser.
  • Augmente la capacité à avaler.
  • Améliore le goût et l’odorat.
  • Retirez la valve avant tout traitement d’aérosolthérapie.
  • Si une canule avec ballonnet est utilisé, ce dernier doit toujours être dégonflé pour utiliser la valve de phonation.
  • Nettoyez la valve à tous les jours à l’eau tiède savonneuse non parfumée; rincez à l’eau tiède du robinet et laissez sécher à l’air avant d’entreposer dans un contenant fermé et propre.
  • Changez la valve si, malgré le nettoyage, elle devient collante, bruyante, a des dépôts noirs ou si elle vibre.
  • Référez-vous aux instructions du manufacturier pour la durée d’utilisation. Une valve bien entretenue devrait durer au moins 2 mois (Passy-Muir®) ou 28 ou 30 jours (Shiley®).
 525.speaking valve-value de phonation.FINAL
Nébuliseur à petit format
  • Permet de donner un traitement d’aérosol humide.
  • Le nébuliseur est un dispositif contenant un médicament sous forme liquide; il est relié à un compresseur d’air qui convertit le médicament en aérosol pour qu’il se rende aux poumons.
  • Le nébuliseur est rattaché à un coffret trachéal ou à une pièce en T ajoutée au circuit du respirateur permettant à l’enfant d’inhaler le médicament.
588.enfant avec coffret tracheal relie a nebuliseur a compresseur
Inhalateur-doseur (ou pompe ou doseur) avec chambre d’espacement (ou dispositif d’espacement ou espaceur ou Aérochambre® ou tube d’espacement)
  • Permet de donner un traitement d’aérosol-doseur.
  • L’inhalateur-doseur est un dispositif permettant d’administrer un médicament sous forme d’aérosol; il pulvérise de fines particules dans les poumons.
  • L’inhalateur-doseur se compose d’une cartouche métallique insérée dans un étui en plastique; le médicament est contenu dans cette cartouche.
  • Lorsqu’on appuie sur la cartouche vers le bas, elle pulvérise de fines particules de médicament par bouffée.
  • La présence d’une chambre d’espacement permet de ralentir la vitesse à laquelle le médicament est pulvérisé par l’inhalateur-doseur. Le médicament reste dans cette chambre et votre enfant peut l’inspirer pour l’envoyer dans ses poumons.
  • Le traitement par inhalateur-doseur est administré par le connecteur de la trachéostomie ou par le circuit du respirateur.
 529.metered dose inhaler vapor in lungs-inhalateur doseur avec chambre espacement vaporise vers poumons.FINAL


FAQ – Trachéostomie

Quand consulter votre équipe de soins

Respiration

Sécrétions

Canule trachéale

Trachéostomie

Alimentation

État général

Votre équipe de soins profitera des rendez-vous réguliers de votre enfant pour vérifier l’application des soins de trachéostomie requis et l’équipement utilisé. lle fera les ajustements nécessaires, s’il y a lieu.

N’hésitez pas à contacter votre équipe de soins pour toute question relative à l’état de santé de votre enfant.

MISE EN GARDE : L’information de cette section se veut un guide pour les parents et les proches aidants en présence de certains problèmes liés aux soins d’un enfant porteur d’une canule trachéale simple, non fenêtrée et sans ballonnet.

Elle ne prétend pas remplacer les indications fournies par l’équipe de soins.

Discutez avec votre équipe de soins des besoins spécifiques de votre enfant, incluant QUI contacter et QUAND le faire lorsqu’un problème survient.

Un et/ou l’autre de ces symptômes : toux plus fréquente, sécrétions jaunâtres, verdâtres, rosées ou teintées de sang, sécrétions plus épaisses, plus de sécrétions qu’à l’habitude, odeur désagréable des sécrétions, difficulté à respirer, respiration plus rapide, douleur à la poitrine, fièvre (≥ 38⁰C rectal ou ≥ 37.5⁰C buccal ou ≥ 37.5⁰C aisselle), irritabilité, manque d’énergie, perte d’appétit/refus de s’alimenter

Un et/ou l’autre de ces symptômes de détresse respiratoire : difficulté à respirer, plus confortable assis ou avec la tête surélevée qu’en position couchée, respiration rapide, bruyante ou sifflante, respiration plus superficielle, plus de sécrétions qu’à l’habitude, toux faible, tirage (rétraction de la peau sous, au-dessus et entre les côtes), utilisation de certains muscles accessoires pour l’aider à respirer battements des ailes du nez (élargissement de l’ouverture des narines pendant la respiration) extension du cou avec balancement de la tête vers l’arrière pour chercher de l’air, pleurs continuels, agitation, anxiété, irritabilité, regard apeuré, transpiration importante, pâleur, lèvres ou ongles bleutés

Résistance ou impossibilité d’insérer la nouvelle canule trachéale

Décanulation accidentelle : canule trachéale sans ballonnet partiellement ou complètement sortie

Sécrétions teintées de sang

Saignements par la trachéostomie ou autour de la trachéostomie

Introduction d’eau dans la trachéostomie

Un et/ou l’autre de ces symptômes : toux pendant les repas, étouffements pendant les repas, salive en grande quantité ou beaucoup plus qu’à l’habitude, plus de sécrétions après les repas, sécrétions ressemblant au liquide ou à la nourriture absorbé juste avant, traces de nourriture lors de l’aspiration des sécrétions, difficulté à manger ou refus de s’alimenter, vomissements pendant ou juste après les repas

Vomissements

Peau irritée autour de la trachéostomie (rouge, enflée, démange, brûle, mauvaise odeur, écoulement, présence de petits boutons, de petites blessures ou de saignements) et/ou pansement mouillé ou sali de sang

Peau du cou irritée (rouge, enflée, démange, brûle, présence de petits boutons, de petites blessures ou de saignements)

N’hésitez pas à vous référer à votre équipe de soins pour toute question ou conseil spécifique relatif à la condition de votre enfant.

 



Conseils de tous les jours

Habillement

  • Pour favoriser une respiration facile et sécuritaire, les vêtements de votre enfant ne doivent pas recouvrir la trachéostomie. Des vêtements facilitant l’accès à la canule sont donc à privilégier (ex : chandails ou pyjamas à cols bas ronds, en V ou à boutons sur le devant).
  • N’installez pas de bavoirs qui s’attachent avec des cordelettes; elles peuvent être confondues avec les cordons de la trachéostomie.
  • Évitez les vêtements en peluche ou avec des ornements dont les fibres pourraient amasser la poussière ou se détacher et entrer dans la canule (ex : petites perles ou paillettes).
  • Ne mettez pas de colliers autour du cou de votre enfant.
  • Des mitaines dans les mains de votre petit bébé peuvent l’empêcher de retirer sa canule trachéale par accident.
  • Sorties extérieures :
    • Le port d’un nez artificiel, l’utilisation d’un respirateur ou d’une autre protection (ex : bavoir ou foulard léger en tissu) empêche la poussière, les insectes et autres particules soulevées par le vent de pénétrer dans la canule.
    • Évitez les bavoirs en plastique car ils peuvent bloquer l’entrée de l’air dans la canule.
  • Sorties extérieures l’hiver ou par temps froid :
    • Chez certains enfants plus sensibles, l’air très froid peut occasionner un spasme respiratoire (bronchospasme) qui peut entraver sa respiration. Il est donc préférable de réduire au minimum les sorties par temps froid.
    • Si cela est nécessaire, envelopper la tête et le cou de votre bébé dans une couverture.
    • Si votre enfant est plus âgé, attachez un foulard chaud non serré autour de sa trachéostomie.
    • Laissez son manteau détaché au niveau du cou pour permettre un accès rapide à sa trachéostomie.

Hygiène et baignade

Gardez toujours le site de trachéostomie sec et propre et assurez-vous que l’eau ne pénètre pas dans la trachéostomie.

Soins de la peau autour de la trachéostomie :

  • Lavez la peau autour de la trachéostomie avec de l’eau tiède stérile ou bouillie refroidie.
  • Vous pouvez utiliser un savon doux sans huile ni parfum (ex : « Dove »), si recommandé par votre équipe de soins.
  • N’utilisez jamais :
    • de produits parfumés ou contenant des additifs (ils peuvent endommager la peau autour de la trachéostomie),
    • de savons antibactériens, antiseptiques ou désinfectants (ils diminuent la protection naturelle de la peau contre l’infection),
    • de savons en barre (ils laissent un résidu sur la peau qui peut être irritant),
    • de serviettes humides pour bébés,  d’huile, de  poudre, d’onguent ou de lotion.
  • Utilisez des tiges montées ou des compresses propres imbibées de la solution tiède recommandée par votre équipe de soins.

Pour enlever les croûtes autour de la trachéostomie causées par des sécrétions collantes :

Bain :

  • Il est plus sécuritaire de donner un bain à l’éponge à votre nourrisson.
  • Vous pouvez donner le bain à votre bébé plus âgé dans la baignoire mais avec un minimum d’eau; installez un tapis antidérapant pour éviter qu’il glisse et que de l’eau pénètre dans sa trachéostomie.
  • Gardez une serviette à portée de la main pour éponger rapidement les éclaboussures ou coulisses d’eau dans le cou.
  • Ne laissez jamais votre enfant dans le bain sans supervision tant qu’il n’a pas démontré sa capacité à ne pas laisser entrer d’eau dans sa trachéostomie. Si cela se produit, aspirez immédiatement par la canule de trachéostomie pour prévenir les infections.
  • Si votre enfant a de la difficulté à se tenir assis, utilisez une petite chaise de bain antidérapante.
  • Le port d?un nez artificiel ou d’un bavoir en tissu peut prévenir l’entrée des éclaboussures dans la canule.
  • Changez les cordons en tissu ou la bande Velcro® après le bain s’ils sont mouillés.
  • La douche est déconseillée sauf pour les enfants plus âgées qui doivent prendre les précautions nécessaires (ex : éviter que le jet de la douche soit dirigé vers le cou, mettre un protecteur de trachéostomie pour la douche); discutez-en avec votre équipe de soins.

Lavage des cheveux :

  • Évaluez la pertinence d’être aidé par une autre personne pour laver les cheveux de votre enfant, spécialement s’il bouge beaucoup.
  • Allongez votre enfant sur le dos au-dessus de l’évier ou au-dessus d’un plateau pour lavage de cheveux au lit.
  • Si votre enfant peut collaborer, assoyez-le dans le bain, la tête penchée vers l’arrière.
  • Versez l’eau avec précaution sur ses cheveux en utilisant un petit contenant (ex : un verre) pour éviter que l’eau entre dans la canule. Si cela se produit malgré tout, aspirez immédiatement par la canule de trachéostomie pour prévenir les infections.
  • Rincez toujours ses cheveux avec prudence.

Soins de la bouche :

  • La bouche de votre enfant doit être nettoyée au moins 2 fois par jour.
  • Si votre enfant n’a pas encore de dents, utilisez une petite débarbouillette mouillée ou une compresse humide enroulée autour de votre index pour lui frotter délicatement les gencives de l’avant vers l’arrière.
  • Dès que ses premières dents apparaissent, brossez-les après chaque repas et au coucher. Comme les jeunes enfants ont tendance à avaler le dentifrice au lieu de le cracher, utilisez l’équivalent d’un grain de riz en bas de 2 ans ou la grosseur d’un petit pois jusqu’à 6 ans. Profitez-en pour lui masser délicatement les gencives avec la brosse à dents.
  • Au fur et à mesure que votre enfant grandit, enseignez-lui à se brosser les dents puis supervisez-le.
  • Faites-lui rincer la bouche avec de l’eau tiède ou des rince-bouches faibles en alcool, selon les recommandations de votre équipe soignante.
  • Appliquez au besoin un produit hydratant pour les lèvres si elles sont gercées.

Hygiène nasale :

  • Chez tous les enfants, des sécrétions, des bactéries et des virus s’accumulent dans le nez; le garder propre permet d’éviter les infections pulmonaires.
  • Si votre enfant ne peut pas se moucher efficacement, des gouttes de solution saline peuvent être utilisées pour nettoyer son nez.
  • Référez-vous à votre équipe de soins pour la technique, la fréquence recommandée pour votre enfant, la recette et la conservation de la solution saline « maison ».

Baignade :

  • Les sports nautiques et la natation ne sont pas recommandés.

Sommeil

  • Utilisez des oreillers, des draps et des couvertures en fibre synthétique lavable (hypo-allergène).
  • Les draps santé (ou draps doux) ne sont donc pas recommandés; ils peuvent accumuler la poussière et entrer dans la canule de votre enfant.
  • Assurez une humidité adéquate dans la chambre de votre enfant pour faciliter sa respiration. Référez-vous à votre équipe de soins.

Nutrition et hydratation

  • Un enfant porteur d’une trachéostomie devrait toujours être supervisé pour boire et manger par une personne formée pour les mesures d’urgence (RCR). Discutez-en avec votre équipe de soins.
  • Si nécessaire, aspirez les sécrétions de votre enfant avant les repas. Si vous le faites après, la toux causée par la procédure risque de provoquer des vomissements car son estomac est plein.
  • Un bavoir en tissu est utile pour éviter que des liquides ou aliments n’entrent accidentellement dans la trachéostomie. Évitez les bavoirs en plastique car ils peuvent bloquer l’entrée de l’air par la canule.
  • Certains enfants trachéostomisés peuvent avoir de la difficulté à avaler et peuvent même aspirer la nourriture ou les liquides dans la trachée plutôt que dans l’oesophage jusqu’à l’estomac :
    • vérifiez la capacité de votre enfant à boire et à manger de façon sécuritaire avec votre équipe de soins;
    • ne laissez jamais votre enfant sans supervision pendant les repas;
    • ne laissez jamais votre enfant seul avec son biberon, même s’il est capable de tenir sa bouteille de façon autonome;
    • si possible, placez votre enfant la tête droite et en position assise pour boire et manger;
    • enseignez-lui à boire et à manger lentement;
    • évitez les pailles;
    • demandez-lui de bien mastiquer avant d’avaler;
    • au besoin, donnez-lui plutôt de petits repas fréquents;
    • si votre enfant s’étouffe, tousse ou semble avoir de la difficulté à respirer pendant qu’il mange ou boit, cessez de le nourrir ou de le faire boire et contactez votre équipe de soins pour d’autres recommandations.
  • Les jeunes enfants peuvent, par erreur, mettre des aliments dans leur canule plutôt que dans leur bouche. Cette situation risque plus de survenir lorsque l’enfant apprend à manger avec ses doigts.
  • Évitez les aliments de petite taille (ex : noix, bonbons). Le port d’un bavoir est un bon moyen de le distraire.
  • Parce qu’un enfant trachéostomisé ne respire pas par le nez, ses sens du goût et de l’odorat sont souvent diminués; son intérêt pour la nourriture peut en être affecté. Discutez-en avec votre équipe de soins.
  • Ne laissez pas votre bébé seul avec son biberon même s’il peut le tenir lui-même; il y a toujours un risque d’aspiration par la trachée.
  • Faites faire le rot régulièrement à votre bébé pendant le boire; les régurgitations peuvent augmenter le risque d’aspiration trachéale. Installez-le sur le côté à la fin.
  • Si votre enfant est déshydraté, ses sécrétions seront plus épaisses et plus difficiles à éliminer. Pour éviter que votre enfant soit déshydraté, assurez-vous qu’il boive suffisamment, surtout en périodes de chaleur ou si votre enfant est plus actif physiquement (ex : sports). Augmentez la quantité de liquides qu’il boit s’il est malade, fait de la fièvre, vomit ou a la diarrhée. Discutez avec votre équipe de soins pour des recommandations spécifiques.
  • Confirmez avec votre équipe de soins la quantité de liquide quotidienne nécessaire à votre enfant, selon sa condition de santé.
  • Avisez votre équipe de soins si ces difficultés d’alimentation sont présentes :
    • difficulté ou refus de manger,
    • présence de nourriture dans les sécrétions de la trachéostomie,
    • toux ou étouffements fréquents pendant les repas,
    • vomissements pendant ou juste après les repas,
    • salivation excessive ou difficulté à avaler sa salive,
    • quantité excessive de sécrétions pendant et après les repas,
    • sécrétions qui ressemblent au liquide ou à la nourriture absorbé juste avant,
    • perte de poids ou pas de gain de poids.

Activités

  • Votre enfant peut poursuivre ses activités régulières quotidiennes en autant que certaines considérations de sécurité soient respectées. Discutez-en avec votre équipe de soins.
  • Supervisez toujours votre enfant lorsqu’il joue.
  • Pour protéger sa trachéostomie et ses voies respiratoires, il doit par contre éviter :
    • les sports de contacts,
    • la baignade,
    • de jouer avec de petits jouets et des jeux comportant de petites pièces votre enfant peut les mettre dans sa canule,
    • de jouer avec des objets qui peuvent se briser en petits morceaux, s’effilochent (ex : toutous en peluche) ou produisent de la poussière (ex : utiliser de la craie, peinture aérosol),
    • jouer dans le sable, ramper par terre sur un plancher sale,
    • jouer avec des ballons de latex (en cas d’éclatement, les débris risquent d’être aspirés par la trachéostomie et d’étouffer l’enfant),
    • le contact rapproché avec un animal domestique; le matériel et l’équipement peuvent être endommagés ou salis (ex : tubes « machouillés » ou percés),
    • de détacher ou de tirer sur les cordons de rétention (il est important de d’expliquer à votre enfant et à ses amis que les cordons ne sont pas un jouet).

Transport et voyage

Le matériel en cas d’urgence :

  • une canule trachéale de rechange de même format que celle en place
  • une canule trachéale de format plus petit
  • un mandrin de même calibre que la canule en place et un autre de calibre plus petit
  • du lubrifiant hydrosoluble
  • une canule interne de rechange, si votre enfant porte une canule 2 pièces
  • une bande de fixation de surplus (bande Velcro® ou cordons en tissu)
  • des ciseaux à bouts ronds (si cordons en tissu ou pour couper la bande Velcro® en urgence)
  • des cathéters pour l’aspiration des sécrétions
  • un appareil à succion portatif bien chargé, un tube de raccord et un câble de branchement électrique
  • un tube de raccordement en surplus si celui qui est rattaché à l’appareil à succion devient trop encombré de sécrétions
  • un cathéter à succion buccale (ex : « mucus trap ») en cas de non-disponibilité de l’appareil à succion
  • un ballon de réanimation manuelle avec adaptateur pour canule trachéale
  • des gants (si vous ne pouvez pas vous laver les mains ou que vous avez des coupures)

Le matériel pour les soins quotidiens à l’extérieur :

– compresses pour trachéostomie
– tiges montées
– solution saline (au besoin)
– solution moitié eau/moitié peroxyde
– eau bouillie refroidie
– foulard (en cas de vent ou temps froid pour protéger la trachéostomie)
– nez artificiel
– système d’humidité pour les périodes de sommeil (si déplacement à plus long terme)
– respirateur, au besoin
– batteries supplémentaires, si nécessaire (respirateur, appareil à succion)
– câbles d’alimentation appropriées, si nécessaire
– bouteilles de réserve d’oxygène, clé, tubulures, au besoin
– économiseur d’oxygène avec piles de rechange, au besoin
– deuxième circuit pour le respirateur, au besoin
– produits de nettoyage pour entretien de l’équipement (selon la durée du voyage)

 

  • Ayez une liste du contenu de cet ensemble de dépannage pour pouvoir le réapprovisionner au besoin.
  • Gardez à votre disposition une liste des ressources avec noms et numéros de téléphone de l’hôpital, de votre médecin, des autres membres de votre équipe de soins et de vos fournisseurs d’équipement et de matériel. Sachez comment les rejoindre aussi en dehors des heures régulières et durant les vacances.
  • Déplacements en voiture l’hiver : par temps froid, il est important de réchauffer l’air intérieur du véhicule avant d’y faire entrer votre enfant.
  • Avant de partir en voyage :
    • apportez suffisamment de matériel pour couvrir la durée du voyage et un peu plus;
    • informez-vous de la présence de fournisseurs et autres ressources pouvant être requises s’il y a un bris d’équipement ou un besoin de santé;
    • prenez en considération le climat de votre destination car l’humidité relative de l’air ambiant pourrait modifier la quantité et l’aspect des sécrétions de votre enfant;
    • ayez en main la liste des besoins médicaux et des médicaments de votre enfant.
  • Lors de vos déplacements en avion :
    • contactez sans faute la compagnie aérienne pour connaitre leur politique de transport d’appareils médicaux;
    • gardez tout le matériel en cas d’urgence et les médicaments avec vous dans la cabine.

Autres

Réanimation cardio respiratoire (RCR) : Assurez-vous de mettre à jour votre formation ainsi que celle de tous ceux qui assument les soins de votre enfant. Référez-vous à votre équipe de soins pour les ressources pertinentes et la  fréquence de mise à jour nécessaire.

Situations d’urgence :

  • Tous les proches aidants devraient avoir les connaissances et l’habileté pour donner les soins de trachéostomie incluant l’aspiration des sécrétions ainsi que le retrait et le remplacement de la canule trachéale.
  • Ayez toujours un téléphone à portée de la main pour réagir en cas d’urgence. Gardez aussi avec vous un câble, un chargeur mural et un chargeur portable (« power bank ») pour votre téléphone cellulaire et assurez-vous que ce dernier soit rechargé en tout temps.
  • Assurez-vous que la compagnie d’électricité est au courant qu’il y a un enfant avec des besoins de santé spéciaux à votre domicile.
  • Informez aussi le service des incendies de la localité.
  • Gardez toujours à votre portée l’équipement nécessaire en cas d’urgence. Ce matériel doit toujours être dans la chambre de votre enfant (ex : à la tête de son lit) et l’accompagner EN TOUT TEMPS lors de ses déplacements :
    • une canule trachéale de rechange de même format que celle en place
    • une canule trachéale de format plus petit
    • un mandrin de même calibre que la canule en place et un autre de calibre plus petit
    • du lubrifiant hydrosoluble
    • une bande de fixation de surplus (bande Velcro® ou cordons en tissu)
    • des ciseaux à bouts ronds (si cordons en tissu ou pour couper la bande Velcro® en urgence)
    • des cathéters pour l’aspiration des sécrétions
    • un appareil à succion portatif bien chargé, un tube de raccord et un câble de branchement électrique
    • un tube de raccordement en surplus si celui qui est rattaché à l’appareil à succion devient trop encombré de sécrétions
    • un cathéter à succion buccale (ex : « mucus trap ») en cas de non-disponibilité de l’appareil à succion
    • un ballon de réanimation manuelle avec adaptateur pour canule trachéale
    • des gants (si vous ne pouvez pas vous laver les mains ou que vous avez des coupures).
  • Discutez avec votre équipe de soins de la nécessité pour votre enfant d’être surveillé le jour, la nuit ou en tout temps et de la nécessité d’être supervisé « en personne ».
  • Discutez avec votre équipe de soins de la pertinence pour votre enfant de porter un bracelet d’identification médicale (ex : bracelet MedicAlert) avec les informations pertinentes à sa condition.

Humidité :

  • L’air qui entre par le nez et passe par la gorge (pharynx) est filtré, réchauffé et humidifié avant de se rendre aux poumons. Comme votre enfant respire par une trachéostomie, l’air froid, sec et non filtré va donc directement dans la trachée jusqu’aux poumons, ce qui peut provoquer une irritation, de la toux, la formation de bouchons de mucus et une production de sécrétions épaisses et collantes. Sans un surplus d’humidité dans l’air que votre enfant respire, ses sécrétions sont plus difficiles à dégager, augmentent le risque de bloquer ses voies respiratoires et rendent ses poumons plus sensibles aux infections.
  • Évitez de surchauffer la maison l’hiver et d’utiliser un climatiseur l’été pour ne pas assécher l’air.
  • À la maison, il est conseillé de maintenir le taux d’humidité relative entre 40 à 50% que vous pouvez mesurer à l’aide d’un hygromètre.
  • Si votre maison est trop humide (55% et plus), vous pouvez installer un déshumidificateur et le nettoyer chaque semaine pour éviter la présence de moisissures dans l’air ambiant que votre enfant pourrait respirer.
  • Par contre, s’il n’y a pas assez d’humidité dans votre maison (moins de 40%), certains gestes de la vie courante sont possibles pour en augmenter le niveau :
    • n’activez pas l’échangeur d’air lors de la cuisson et de l’ébullition de l’eau;
    • évitez de faire fonctionner l’air climatisé l’été;
    • gardez la porte de la salle de bain ouverte lors de la douche;
    • faites un usage modéré du chauffage électrique et minimal des poêles à bois et des foyers l’hiver;
    • éliminez les tapis et les carpettes dans la maison.
  • Durant le jour, votre enfant peut passer de plus longues périodes sans humidité « ajoutée ». Par contre, si l’air de votre maison est trop sec et pendant la nuit et les périodes de siestes, vous pouvez utiliser un humidificateur portatif rempli avec l’eau du robinet. Vous devrez changer son eau et le nettoyer à tous les jours ou selon les recommandations du fabricant afin d’éviter la production de microbes qui peuvent contaminer l’air respiré par votre enfant.
  • L’utilisation d’un « nez artificiel » peut être bénéfique chez certains enfants trachéostomisés pour favoriser l’inspiration d’air plus humidifié, autant la nuit que le jour.
  • L’administration d’humidité directement dans la trachéostomie de votre enfant est possible par un coffret trachéal, connecté à un réservoir d’eau et relié à un compresseur d’air pour humidité. Comme l’équipement limite plus les mouvements de l’enfant, il est préférable de l’utiliser la nuit et pendant les siestes. L’appareillage doit toujours être bien entretenu pour éviter le développement de bactéries et de moisissures qui peuvent occasionner une infection pulmonaire. Référez-vous à votre équipe de soins ou aux manufacturiers pour la fréquence de nettoyage et les solutions recommandées.
  • Si votre enfant est branché à un appareil d’assistance ventilatoire, il est possible d’augmenter le niveau d’humidité de l’air durant la nuit et le plus souvent durant le jour grâce à un humidificateur chauffant.
  • Discutez avec votre équipe de soins des façons d’améliorer le niveau d’humidité de l’air respiré par votre enfant trachéostomisé afin d’augmenter son confort et de favoriser le dégagement de ses sécrétions.

Qualité de l’air :

  • La filtration de l’air protège les poumons des poussières et des saletés.
  • L’air qui entre par le nez et passe par la gorge (pharynx) est filtré, réchauffé et humidifié avant de se rendre aux poumons. Comme l’air qui passe par la canule de trachéostomie va directement dans les poumons sans être filtré, les particules en suspension dans l’air peuvent facilement irriter les voies respiratoires et affecter la respiration de votre enfant.
  • Ne permettez jamais que l’on fume à proximité de votre enfant.
  • Changez ou nettoyez régulièrement les filtres des climatiseurs d’air.
  • Rien ne doit s’introduire dans la trachéostomie de votre enfant. Évitez près de lui :
    • l’utilisation de produits en poudre (ex : produits de nettoyage) ou en aérosol (ex : purificateur d’air, parfum d’ambiance),
    • la présence de produits chimiques (ex : eau de javel, ammoniaque) ou de substances dégageant des odeurs (ex : décapant, peinture, parfum),
  • Pour éviter que des particules irritantes s’insèrent dans les voies respiratoires de votre enfant, évitez les endroits où il y a :
    • accumulation de poussière, présence de tapis, du mobilier rembourré et d’accessoires difficiles à nettoyer dans la maison (ex : rideaux épais),
    • de la poussière de rénovation,
    • un système (poêle, foyer) de chauffage au bois,
    • beaucoup de pollution (ex : smog, circulation importante, grands vents),
    • des animaux qui perdent leurs poils ou leurs plumes (des morceaux peuvent s’introduire dans sa canule trachéale),
    • des insectes, des feuilles, etc.
  • Dans la chambre de votre enfant :
    • utilisez des oreillers, des draps et des couvertures en fibre synthétique lavable (hypo-allergène);
    • les draps santé (ou draps doux) ne sont donc pas recommandés; ils peuvent accumuler la poussière et entrer dans la canule de votre enfant;
    • lavez les draps et les couvertures de sa chambre à l’eau chaude à chaque semaine pour détruire les acariens contenus dans la poussière;
    • séchez-les dans la sécheuse si votre enfant a des allergies aux pollens.
  • Renseignez-vous auprès de votre équipe de soins pour des suggestions d’articles permettant de protéger et de filtrer l’entrée d’air par la trachéostomie (ex : foulard, nez artificiel, etc).

Prévention des infections :

  • Une trachéostomie est une porte d’entrée pour des microbes présents dans l’environnement de votre enfant. Comme l’air qu’il respire est dévié des mécanismes de défense naturelle que sont son nez, sa bouche et la partie supérieure de sa gorge, le risque de contracter une infection augmente. Il est important que vous preniez des moyens pour diminuer ce risque; ces moyens doivent se concentrer sur le degré d’humidité, la température et la qualité de l’air respiré par votre enfant.
  • Avant de donner un soin à votre enfant, lavez-vous toujours les mains et aidez votre enfant à le faire avant les repas et plusieurs fois par jour.
  • Prévention des infections respiratoires :
    • Si vous avez un rhume, une grippe ou une autre infection respiratoire, utilisez des gants non stériles et portez un masque protecteur pour faire les soins de trachéostomie ou aspirer les sécrétions de votre enfant.
    • Évitez le contact de votre enfant avec toute personne ayant un rhume, une grippe ou toute autre infection respiratoire, avec ou sans toux.
    • Selon les recommandations de votre équipe de soins et en fonction de la condition de votre enfant, évitez les endroits où il y a beaucoup de monde (ex : centres d’achats, garderies) pour éviter le risque que votre enfant soit exposé à des bactéries et à des virus.
    • Le vaccin antigrippal annuel et le vaccin contre la pneumonie sont aussi de bons moyens de prévention pour votre enfant et ses proches dont vous pouvez discuter avec votre équipe de soins.
  • Désinfection des surfaces de travail :
    • Les dessus de tables ou de comptoirs utilisés comme surfaces de travail lors des soins à votre enfant doivent être désinfectés avant chaque procédure.
    • Voici quelques solutions recommandées pour cette désinfection :
      • alcool à friction 70%,
      • eau de javel dilué: 1/2 c. à thé d’eau de javel la moins concentrée dans 1 tasse d’eau du robinet,
      • vinaigre blanc dilué à 1.25% : 1/3 tasse de vinaigre 5% dans 1 tasse d’eau du robinet,
      • tout produit de nettoyage pour usage domestique : vérifiez avec votre équipe de soins pour des recommandations.
    • N’utilisez pas de produits en aérosol ou en vaporisateur car les particules dispersées dans l’air peuvent affecter la respiration de votre enfant.
    • Assurez-vous de très bien rincer et laisser sécher la surface de travail avant son utilisation pour votre enfant.
    • Si vous choisissez d’utiliser une serviette propre pour déposer le matériel des soins, assurez-vous de nettoyer quand même la surface de travail au moins une fois par semaine.

Entretien et nettoyage du matériel et de l’équipement :

  • Le nettoyage du matériel et de l’équipement doit généralement être fait une fois par semaine ou plus souvent si souillé.
  • Tenez compte des recommandations du fabricant et celles de votre équipe de soins; cette dernière pourra aussi prendre d’autres facteurs en considération (ex : condition de santé de votre enfant, son confort, sa sécurité, son environnement, etc) pour émettre des avis sur certaines particularités dans le nettoyage et l’entretien du matériel et de l’équipement.
  • Nous vous proposons une façon de faire de base qui peut vous servir de guide général :
  • Lavez-vous toujours les mains avant de commencer.
  • Préparez votre évier : lavez-le, désinfectez-le avec de l’eau de javel puis rincez bien à l’eau du robinet ou utilisez un plat pour laver la vaisselle spécialement réservé pour le nettoyage de l’équipement.
  • Démontez tout l’équipement (selon les recommandations du fabricant) pour bien nettoyer toutes les pièces en profondeur.
  • Passez toutes les pièces sous l’eau tiède du robinet pour enlever les dépôts (ex : sécrétions, sang).
  • Faites tremper les pièces dans le lavabo ou le plat à vaisselle avec de l’eau et du savon à vaisselle non parfumé et non antibactérien (ex : Sunlight) pendant 10 à 15 minutes.
  • Suivez les recommandations du fabricant pour la solution de trempage de certaines pièces, s’il y a lieu.
  • N’utilisez jamais d’eau de javel, d’alcool ou de peroxyde d’hydrogène non dilué pour nettoyer l’équipement; ces produits peuvent l’endommager.
  • Au besoin, brossez l’intérieur et l’extérieur des pièces qui demeurent souillées avec une brosse à bouteille douce ou à biberon.
  • Rincez les pièces à l?eau tiède/chaude.
  • Secouez doucement pour enlever l’excédent d’eau.
  • Laissez sécher à l’air libre, sans les essuyer, sur une serviette propre ou un papier essuie-tout en plaçant les pièces de façon à ce que l’eau draine bien.
  • Remontez les pièces lorsqu’elles sont complètement sèches.
  • Entreposez le matériel non utilisé dans un sac prévu à cet effet (ex : taie d’oreiller ou sac en coton) ou dans un contenant propre, sec et avec un couvercle pour le protéger de la poussière et de la saleté, selon les recommandations de votre équipe de soins.

Communication :

  • Les sons et la voix sont produits par le passage de l’air provenant des poumons vers le larynx où se trouvent les cordes vocales. Comme la trachéostomie est située en-dessous des cordes vocales, l’enfant expire l’air par la canule de trachéostomie sans qu’il ne passe par le larynx.
  • La capacité de produire des sons varie selon la condition de chaque enfant trachéostomisé. Il est donc possible que votre enfant ne puisse pas parler ou que vous ne puissiez pas l’entendre pleurer.
  • Apprenez à observer ses comportements non verbaux et son expression faciale pour mieux comprendre ce qu’essaie de vous communiquer.
  • Selon les habiletés et les capacités de votre enfant, des méthodes non verbales peuvent être utilisées : dessin, papier/crayon, clavier : ordinateur de table/tablette/téléphone intelligent, tableau de communication, apprentissage du langage des signes (possible dès 9 mois), etc. Une spécialiste du langage peut aider à identifier les méthodes qui conviennent le mieux à votre enfant.
  • Pendant la nuit ou durant les siestes, différents moyens de communication peuvent être installés pour vous avertir rapidement que votre enfant a besoin de vous :
    • une cloche à son pied ou à son poignet peut vous aviser qu’il bouge beaucoup (s’il est jeune ou moins autonome),
    • un moniteur pour bébé, avec ou sans caméra, à son chevet,
    • une sonnette près de son lit, si votre enfant peut l’activer lui-même.
  • Selon leur condition de santé, certains enfants peuvent bénéficier d’un type de canule ou d’un équipement qui leur permet de parler et d’émettre des sons :
    • une valve de phonation;
    • une canule fenêtrée : utilisée chez certains adolescents;
    • une canule plus petite chez les enfants plus jeunes : crée une fuite d’air autour de la canule et permet à l’air expiré de passer par les cordes vocales.
  • Communiquer avec votre enfant est essentiel; discutez avec votre équipe de soins des stratégies pour améliorer les habiletés et les capacités de communication de votre enfant.

Garderie et école :

  • Votre équipe de soins évaluera les besoins de votre enfant et vous soutiendra pour planifier son entrée ou son retour à la garderie ou à l’école.
  • Avisez le personnel de l’école du traitement de votre enfant et des soins qu’il doit recevoir au besoin.

Vivre avec une trachéostomie : Comme pour d’autres types de soins complexes, vivre avec une trachéostomie demande un ajustement autant pour l’enfant que pour la famille. Consultez les sections Préparez votre enfant, Préparez-vous et Préparez votre maison pour d’autres suggestions vous permettant de mieux composer avec la situation.



Méthodes de soins


Méthodes de soins : Nettoyage de la peau autour de la trachéostomie, changement du pansement et de la canule interne (si présente)

Indications

Fréquence

Matériel requis



Préparation de solution d’eau bouillie :

– Nettoyez les contenants (pots de conserve ou bocaux avec couvercles de plastique) dans le lave-vaisselle et faites sécher;
– En l’absence de lave-vaisselle, lavez à l’eau chaude savonneuse et faites sécher au four à 250⁰F pendant 15 min (couvercles de métal seulement);
Faites bouillir de l?eau du robinet dans un chaudron à gros bouillons pendant 10 min et laissez refroidir; 
– Remplissez les contenants d’eau bouillie refroidie, fermez-les bien et inscrivez-y la date.

Conservation :

– Contenant fermé : 5 jours au réfrigérateur ou 2 jours à la température ambiante;
– Contenant ouvert : 2 jours au réfrigérateur ou 1 jour à la température ambiante.

Jetez la solution utilisée après le soin.



Au besoin :



Préparation de solution de peroxyde d’hydrogène à 1.5% :

Pour 15 ml de solution : mélangez 7.5 ml de peroxyde d’hydrogène à 3% et 7.5 ml de solution d’eau bouillie dans un contenant résistant.

Conservation :

Contenant fermé : 5 jours au réfrigérateur;
Contenant ouvert : 2 jours au réfrigérateur.

La solution devrait produire une mousse blanche lorsqu’appliquée sur la peau pour le nettoyage. Si ce n’est pas le cas, changez la solution.

Jetez la solution utilisée après le soin.



Gardez toujours à votre portée l’équipement nécessaire en cas d’urgence.

La méthode qui suit concerne les soins pour une canule trachéale simple, non fenêtrée et sans ballonnet.

Référez-vous à votre équipe de soins si le matériel utilisé ou la séquence des étapes enseignées est différente de ce qui est décrit plus bas.


Étape 1 : Anticipation

Voir texte complet ici

Résumé :

Votre enfant et vous formez une équipe; impliquez-le le plus tôt possible dans ses soins.

Prendre le temps d’établir une bonne relation de confiance avec votre enfant aide généralement à éviter des réactions indésirables, comme le fait d’être irritable, anxieux ou chercher à éviter/retarder la procédure.

Les trucs suivants aident à créer une ambiance agréable pour débuter le soin, autant pour lui que pour vous.

  • Créez le bon moment : intégrez le soin dans une routine.
  • Annoncez le soin et parlez-en ensemble
  • Formez une équipe avec votre enfant : Favorisez l’autonomie de votre enfant par des choix réalistes de gestes qu’il peut poser pour vous aider, Demeurez à son écoute. Gérez sa douleur et son anxiété par des stratégies de distraction et de positionnement.

Étape 2 : Préparation

Voir texte complet ici

Résumé :

  • Préparez l’environnement : Identifiez un endroit pour le soin. Fermez les fenêtres, les portes et le ventilateur. Lavez et séchez la surface de travail puis rassemblez le matériel nécessaire pour le soin et la stratégie de distraction.
  • Préparez votre enfant : Obtenez de l’aide au besoin. Assurez-vous que votre enfant est bien positionné et débutez les stratégies de distraction.
  • Préparez-vous : Choisissez un moment où vous êtes bien disposé pour faire le soin. Révisez la méthode et mettez un masque au besoin. Lavez-vous les mains.

Maintenant que vous êtes prêt à débuter le soin, profitez de l’occasion pour féliciter votre enfant et encouragez-le pour la suite de la procédure.

Étape 3 : Procédure

Voir texte complet ici 

Résumé :

Trois notions importantes à considérer :

  • Sécurité : Suivez bien les étapes qui vous ont été enseignées pour procéder au soin.
  • Flexibilité : Soyez prêt en tout temps à vous réajuster au besoin, en repositionnant votre enfant ou en l’immobilisant, en changeant de stratégie de distraction et en étant à l’écoute de ses pleurs ou de toutes autres réactions émotives.
  • Collaboration : Rassurez votre enfant en restant en contact avec lui verbalement et non-verbalement. Reconnaissez ses émotions, soyez patient et sachez reconnaître ses forces. Aidez-le à élargir la perception de ses sensations.

Étape 4 : Préparer le matériel

  • Installez-vous sur une surface de travail bien désinfectée.
  • Rassemblez le matériel nécessaire.
  • Versez la solution de nettoyage dans le petit contenant.
  • Ouvrez les enveloppes de compresses ou de tiges montées.
Pourquoi ?

Cette étape assure la sécurité et permet la suite de la procédure.

Étape 5 : Positionner votre enfant

  • Si votre enfant est couché sur le dos, placez un rouleau de serviette sous ses épaules (et non pas au niveau du cou) de façon à faire basculer sa tête vers l’arrière afin de dégager le cou et bien visualiser la canule.
  • La procédure peut aussi se faire si votre enfant est en position assise.
Pourquoi ?

La position couchée est privilégiée car elle permet de bien dégager le cou pour mieux accéder à la trachéostomie et faciliter les soins.

Étape 6 : Aspirer les sécrétions trachéobronchiques, si nécessaire

Pourquoi ?

Cette étape permet d’éliminer le plus possible les sécrétions dans les voies respiratoires pour le soin.

Étape 7 : Détacher ou desserrez la bande de fixation, si nécessaire

  • Demandez à la personne qui vous aide de sécuriser la canule en place en mettant ses doigts sur les ailettes de chaque côté.
  • Si votre enfant bouge beaucoup la tête, réconfortez-le et stabilisez sa tête avec une main sur le dessus de la tête.
  • Si bande Velcro® : détachez une des extrémités ou desserrez la tension autour du cou.
  • Si cordons en tissu : détachez ou coupez avec des ciseaux.

Si la bande de fixation a besoin d’être changée, sécurisez la canule en place et référez-vous aux étapes appropriées de la méthode de soins « Changement de la bande de fixation de la canule trachéale » :

Pourquoi ?

Cette étape permet de bien voir l’état de la peau sous la bande de fixation.

L’aide d’une 2ème personne rend la procédure plus sécuritaire et limite les risques de décanulation accidentelle.

Étape 8 : Enlever le pansement, si en place

  • Retirez le pansement, s’il y en a un en place.
  • Observez s’il est humide ou sali de sang puis jetez-le.
  • Si le pansement colle à la peau, imbibez-le avec un peu de solution de nettoyage recommandée par votre équipe de soins avant de le retirer doucement et de le jeter à la poubelle.
Pourquoi ?

Cette étape permet de voir l’état de la peau autour de la trachéostomie.

Étape 9 : Examiner la peau autour de la trachéostomie et sous les ailettes

  • Examinez l’état de la peau autour la trachéostomie; celle-ci devrait avoir la même apparence que celle de son cou.
  • Vérifiez s’il y a de la rougeur, de la chaleur, de l’enflure, des démangeaisons, de petits boutons, un écoulement ou un saignement de la peau autour de la trachéostomie.
  • Vérifiez si une mauvaise odeur se dégage de la peau.
  • Votre enfant ne devrait pas se plaindre ou manifester de la douleur dans cette région.
  • Si un ou l’autre de ces signes est présent, contactez votre équipe de soins qui vous fera des recommandations appropriées selon la condition de votre enfant.
Pourquoi ?

Cette étape permet de détecter s’il y a une irritation de la peau.

Étape 10 : Nettoyer la peau autour de la trachéostomie

  • Pour le nettoyage, utilisez des tiges montées ou des compresses propres imbibées de la solution tiède recommandée par votre équipe de soins (eau stérile ou eau bouillie).
  • Un savon doux sans huile ni parfum (ex : « Dove ») peut aussi être utilisé si recommandé par votre équipe de soins.
  • Nettoyez toujours la peau en commençant le plus près possible de la trachéostomie et en vous en dirigeant vers l’extérieur; répétez le nettoyage jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de débris.
  • Utilisez chaque tige montée ou chaque compresse une seule fois puis jetez-la.
  • Assurez-vous que l’eau ne pénètre pas dans la trachéostomie.
  • Nettoyez bien aussi sous et sur les ailettes de la canule.
  • S’il y a des croûtes autour de la trachéostomie causées par des sécrétions collantes, essayez de les enlever avec une tige montée ou une compresse imbibée de la solution de nettoyage.
  • S?il reste des croûtes, utilisez une solution de peroxyde d’hydrogène pour les déloger, si recommandé par votre équipe de soins.
  • Rincez immédiatement la peau à l’aide d’une tige montée ou d’une compresse propre trempée dans la solution de nettoyage (eau stérile ou eau bouillie).
  • Nettoyez bien sous la bande de fixation et dans tous les plis de la peau du cou.
Pourquoi ?

Cette étape permet de garder la peau autour de la trachéostomie en santé.

Elle permet aussi d’éviter que des microbes sur la peau du cou soient transportés vers l’intérieur de la trachéostomie et qu’une infection se développe.

Le nettoyage du centre vers l’extérieur prévient l’écoulement de la solution dans la trachéostomie ou entre la canule et la trachéostomie.

Le peroxyde d’hydrogène peut irriter la peau s’il n’est pas totalement rincé.

Étape 11 : Asséchez la peau autour de la trachéostomie

  • Insérez délicatement une compresse propre en dessous des deux ailettes de la canule.
  • Asséchez bien la peau en commençant près de la trachéostomie et en vous en éloignant.
  • Utilisez chaque compresse une seule fois puis jetez-la.
  • Assurez-vous que la peau est bien propre et complètement sèche avant de passer à la prochaine étape.
Pourquoi ?

Un bon séchage de la peau évite qu’elle demeure humide, ce qui peut causer de l’irritation ou une infection.

Étape 12 : Mettre un pansement autour de la trachéostomie, si nécessaire

  • Si recommandé par votre équipe de soins, insérez une compresse à drain autour de la trachéostomie en la glissant sous les ailettes de la canule.
  • Placez l’ouverture de la compresse vers le haut, sous le menton de votre enfant.
  • Poussez la compresse délicatement en place avec vos doigts ou à l’aide d’une pince.
  • Assurez-vous qu’il n’y a aucun pli.
  • Changez le pansement pendant la journée s’il se mouille ou devient sale.
Pourquoi ?

Un pansement permet de protéger la peau de l’humidité  qui peut causer de l’irritation ou une infection.

Étape 13 : Ajuster la tension de la bande de fixation

  • Vérifiez si vous pouvez passer le bout d’un doigt entre la bande et la peau du cou.
  • Ajustez au besoin pour bien sécuriser la tension de la bande.

Si votre enfant porte une canule trachéale simple, passez directement à l’étape 16.

Pourquoi ?

Une tension adéquate prévient l’irritation causée par une pression trop forte de la bande de fixation sur la peau et limite les risques de décanulation accidentelle.

Étape 14 : Remplacer la canule interne (si canule 2 pièces)

  • Lavez-vous les mains à nouveau avant de procéder.
  • Tout en maintenant en place les ailettes d’une main, déverrouillez la canule interne souillée selon les spécifications du fabricant.
  • Retirez la canule interne souillée en la tirant tout droit d’abord puis vers le bas; déposez-la sur la surface de travail.
  • Insérez immédiatement la canule interne propre dans la canule externe en prenant soin de ne pas la contaminer.
  • Verrouillez la canule interne propre selon les spécifications du fabricant.

Canule interne réutilisable : passez à l’étape suivante pour son nettoyage.

Canule interne à usage unique : jetez-la et passez à l’étape 16.

Pourquoi ?

Cette étape est nécessaire pour prévenir les infections et la formation de bouchons muqueux.

Il est préférable de changer la canule interne en dernier car l’aspiration des sécrétions et les soins de la peau font bouger les sécrétions et risquent de la salir.

Étape 15 : Nettoyer et entreposer la canule interne réutilisable

Les actions proposées ci-bas sont générales. Vérifiez toujours les spécifications du fabricant ou de votre équipe de soins car les consignes pourraient varier.

  • Manipulez toujours la canule par son connecteur ou avec une compresse propre.
  • Rincez la canule interne souillée sous l’eau tiède du robinet.
  • En utilisant de l’eau savonneuse, nettoyez l’intérieur et l’extérieur de la canule interne avec une tige montée ou une brosse.
  • Rincez à nouveau la canule interne sous l’eau tiède du robinet pour enlever toute trace de savon.
  • Si la canule demeure sale, faites-la tremper dans la solution de peroxyde d’hydrogène pendant 5 minutes ou plus si besoin puis rincez-la à nouveau sous l’eau tiède du robinet.
  • Faites ensuite tremper la canule dans la solution de trempage (eau stérile ou eau bouillie) pendant environ 5 minutes.
  • Lorsque la canule est propre, retirez-la de la solution en la tenant par le connecteur.
  • Secouez l’excès d’eau.
  • Asséchez l’extérieur de la canule avec une compresse propre sans la toucher avec vos doigts ou laissez sécher à l’air sur une serviette propre.
  • Entreposez ensuite la canule dans un contenant propre, sec et avec un couvercle jusqu’à la prochaine utilisation.
  • Jetez les solutions utilisées pour le soin.

Suivez les recommandations du fabricant ou de votre équipe de soins concernant la fréquence de réutilisation de la canule interne réutilisable.

Pourquoi ?

Cette étape est nécessaire pour éviter la contamination qui peut causer des infections.

Étape 16 : Récupération

Voir texte complet ici 

Résumé :

Le soin est terminé. Lavez-vous à nouveau les mains.

Il est important de reconnaître les difficultés vécues pendant le soin mais aussi de terminer sur une bonne note. Aidez votre enfant à se sentir compétent en soulignant sa contribution et rappelez-lui qu’il fait partie de l’équipe.

  • Écoutez-le lorsqu’il vous parle de ce qu’il a trouvé difficile ou inconfortable pendant la procédure.
  • Réconfortezle s’il a de la douleur ou ressent de vives émotions. Remerciez-le d’avoir fait de son mieux. Soulignez ses efforts.
  • Guidez-le à reconnaître ses forces ayant aidé au succès de la procédure.
  • Discutez de ce qui devrait être fait de la même façon ou différemment la prochaine fois.
  • Tenez vos promesses si vous avez promis une récompense.
  • Récompensez-vous aussi.

Méthodes de soins : Changement de la bande de fixation de la canule trachéale

Indications

Méthodes de fixation (ou de rétention) de la canule trachéale

Types de bandes (ou cordons ou attaches ou lanières) Avantages Désavantages
Cordons en tissu ou rubans de coton
  • Très économique
  • Non réutilisables
  • Irritation de la peau plus fréquente : le noeud fait pour attacher les deux cordons peut créer un point de friction dans le cou
  • Blessure de la peau possible chez les enfants obèses ou ayant un petit cou
Bande Velcro® (bande molletonnée avec attaches en velcro) ou attache Velcro®
  • Confortable
  • Moins d’irritation de la peau
  • Facile à utiliser
  • S’ajuste facilement
  • Réutilisable après lavage mais durée de vie limitée
  • Peut être détachée par les jeunes enfants
  • Plus dispendieux

 

Fréquence

Matériel requis

Il est utile d’avoir des cordons de surplus déjà coupés de la bonne longueur pour servir de guide pour la découpe de nouveaux cordons.

Au besoin : appareil à succion et cathéters d’aspiration

Gardez toujours à votre portée l’équipement nécessaire en cas d’urgence.

Référez-vous à votre équipe de soins si le matériel utilisé ou la séquence des étapes enseignées est différente de ce qui est décrit ci-dessus.

Certains parents préfèrent observer, nettoyer et assécher la peau du cou après avoir enlevé le ou les cordons souillés. Si c’est votre cas, référez-vous à votre équipe de soins pour ajuster les étapes 14 et suivantes.


Étape 1 : Anticipation

Voir texte complet ici

Résumé :

Votre enfant et vous formez une équipe; impliquez-le le plus tôt possible dans ses soins.

Prendre le temps d’établir une bonne relation de confiance avec votre enfant aide généralement à éviter des réactions indésirables, comme le fait d’être irritable, anxieux ou chercher à éviter/retarder la procédure.

Les trucs suivants aident à créer une ambiance agréable pour débuter le soin, autant pour lui que pour vous.

  • Créez le bon moment : intégrez le soin dans une routine.
  • Annoncez le soin et parlez-en ensemble
  • Formez une équipe avec votre enfant : Favorisez l’autonomie de votre enfant par des choix réalistes de gestes qu’il peut poser pour vous aider, Demeurez à son écoute. Gérez sa douleur et son anxiété par des stratégies de distraction et de positionnement.

Étape 2 : Préparation

Voir texte complet ici

Résumé :

  • Préparez l’environnement : Identifiez un endroit pour le soin. Fermez les fenêtres, les portes et le ventilateur. Lavez et séchez la surface de travail puis rassemblez le matériel nécessaire pour le soin et la stratégie de distraction.
  • Préparez votre enfant : Obtenez de l’aide au besoin. Assurez-vous que votre enfant est bien positionné et débutez les stratégies de distraction.
  • Préparez-vous : Choisissez un moment où vous êtes bien disposé pour faire le soin. Révisez la méthode et mettez un masque au besoin. Lavez-vous les mains.

Maintenant que vous êtes prêt à débuter le soin, profitez de l’occasion pour féliciter votre enfant et encouragez-le pour la suite de la procédure.

Étape 3 : Procédure

Voir texte complet ici 

Résumé :

Trois notions importantes à considérer :

  • Sécurité : Suivez bien les étapes qui vous ont été enseignées pour procéder au soin.
  • Flexibilité : Soyez prêt en tout temps à vous réajuster au besoin, en repositionnant votre enfant ou en l’immobilisant, en changeant de stratégie de distraction et en étant à l’écoute de ses pleurs ou de toutes autres réactions émotives.
  • Collaboration : Rassurez votre enfant en restant en contact avec lui verbalement et non-verbalement. Reconnaissez ses émotions, soyez patient et sachez reconnaître ses forces. Aidez-le à élargir la perception de ses sensations.

Étape 4 : Préparer le matériel

  • Prenez à votre portée la bande de fixation nécessaire pour la canule trachéale de votre enfant : bande Velcro® ou cordons en tissu.
  • Vérifiez si la bande de fixation est en bon état; inspectez-la pour vous assurer qu’elle est sécuritaire.
  • Bande Velcro® : vérifiez que le velcro adhère bien au tissu coussiné.
  • Cordons en tissu :
    • vérifiez que le tissu ne soit pas effiloché;
    • si technique à 1 cordon :
      • coupez 1 cordon assez long pour qu?il puisse faire 2 fois le tour du cou (circonférence) de votre enfant;
      • coupez en diagonale (en biseau) une extrémité du cordon;
    • si technique à 2 cordons :
      • coupez 2 cordons assez long pour qu?ils fassent chacun le tour du cou (circonférence) de votre enfant;
      • coupez en diagonale (en biseau) une extrémité des cordons;
      • repliez cette extrémité à environ 2.5 cm;
      • percez-y une fente d’environ 1 cm en son milieu avec un objet pointu (ex : pointe d’un crayon) dans le sens de la longueur.

Pourquoi ?

Cette étape assure que le matériel est préparé adéquatement.

Le découpage en diagonale d’une extrémité du cordon en facilite l’insertion dans l’ouverture des ailettes de la canule et empêche le tissu de s’effilocher.

L’écartement du tissu du cordon à l’aide d’un objet pointu plutôt que de le découper évite l’effritement du tissu, ce qui pourrait créer des retailles risquant d’être aspirées.

Étape 5 : Positionner votre enfant

  • La procédure en position assise est préférable.
  • Si votre enfant est couché sur le dos, placez un rouleau de serviette sous ses épaules (et non au niveau du cou) de façon à faire basculer sa tête vers l’arrière afin de dégager le cou et bien visualiser la canule.
Pourquoi ?

La position assise est privilégiée car elle permet de mieux dégager le cou et ajuster la bande de fixation.

Étape 6 : Aspirer les sécrétions trachéobronchiques, si nécessaire

Pourquoi ?

L’aspiration des sécrétions diminue les chances que votre enfant tousse pendant que la bande de fixation est retirée. Le mouvement de la canule pendant le soin peut provoquer de la toux et l’expulsion de sécrétions.

Étape 7 : Sécuriser la canule en place

  • Demandez à la personne qui vous aide de maintenir la canule en place, tout au long de la procédure, en mettant ses doigts sur les ailettes de chaque côté.
  • Si votre enfant bouge beaucoup la tête, réconfortez-le et stabilisez sa tête avec une main sur le dessus de la tête.
  • Évitez autant que possible de faire bouger la canule durant la procédure.

Si la canule de votre enfant est fixée avec une bande Velcro®, passez à l’étape suivante.

Si la canule de votre enfant est fixée avec un ou des cordons en tissu, passez à l’étape 14.

Pourquoi ?

Cette étape rend la procédure plus sécuritaire. Minimiser les mouvements de la canule limite les risques de décanulation accidentelle et de complications.

Étape 8 : Détacher un côté de la bande Velcro® souillée (si en place)

  • Enlevez le pansement autour de la trachéostomie, s’il y en a un en place.
  • Pendant que la personne qui vous aide garde la canule stable et en place, détachez une des extrémités de la bande Velcro® souillée du tissu coussiné où elle adhère.
  • Faites sortir ce bout de la bande Velcro® de l’ouverture de l’ailette de la canule.
Pourquoi ?

Cette étape permet de détacher de façon sécuritaire un côté de la bande Velcro®

Étape 9 : Examiner la peau du cou

  • Examiner l’état de la peau sous la bande; celle-ci devrait avoir la même apparence que celle de son thorax.
  • Vérifiez s’il y a de la rougeur, de la chaleur, de l’enflure, des démangeaisons, de petits boutons, de petites blessures ou un saignement.
  • Si un ou l’autre de ces signes est présent, contactez votre équipe de soins qui vous fera des recommandations appropriées selon la condition de votre enfant.
Pourquoi ?

Cette étape permet de détecter s’il y a une irritation de la peau.

Étape 10 : Nettoyer et assécher la peau du cou

  • Pendant que la personne qui vous aide garde la canule stable et en place, lavez le cou à l’eau du robinet avec une débarbouillette et du savon doux sans huile ni parfum (ex : « Dove »).
  • Nettoyez bien dans tous les plis de la peau du cou.
  • Rincez la peau et asséchez avec une serviette propre.
  • Assurez-vous que la peau est complètement sèche avant de passer à la prochaine étape.
Pourquoi ?

Cette étape est importante pour garder la peau en santé.

Un bon séchage de la peau évite qu’elle demeure humide, ce qui peut causer de l’irritation ou une infection.

Étape 11 : Installez la nouvelle bande Velcro®

  • Pendant que la personne qui vous aide garde la canule stable et en place, insérez une extrémité de la bande Velcro® propre dans l’ouverture de l’ailette de la canule qui est libre, en passant de l’arrière vers l’avant; utilisez la pince au besoin.
  • Tirez délicatement cette extrémité en maintenant l’ouverture des ailettes stables afin d’éviter tout mouvement de la canule.
  • Étendez le velcro sur le tissu coussiné de ce côté en le pressant pour le fixer correctement.
  • Passez ensuite la bande propre derrière le cou.
  • Retirez l’autre extrémité de la bande souillée encore en place dans l’ouverture de la deuxième ailette de la canule.
  • Mettez la bande souillée de côté.
  • Insérez l’autre extrémité de la bande propre dans l’ouverture de la deuxième ailette; utilisez la pince au besoin.
  • Tirez doucement sur l’autre extrémité en ajustant la tension.
  • Étendez le velcro sur le tissu coussiné de ce côté en le pressant pour le fixer correctement.
  • Assurez-vous que la bande Velcro® est bien fixée de façon sécuritaire.
Pourquoi ?

Cette étape de remplacer la bande Velcro® en réduisant les risques de décanulation accidentelle.

Étape 12 : Ajuster la tension de la nouvelle bande Velcro®

  • Remettez un nouveau pansement autour de la trachéostomie et sous les ailettes de la canule, au besoin.
  • Vérifiez que vous pouvez passer le bout d’un doigt entre le tissu coussiné de la bande et la peau du cou de votre enfant lorsqu?il est en position assise avec la tête droite non penchée.
  • Ajustez au besoin pour bien sécuriser la tension de la bande.
  • Vérifiez la tension et l’état de la bande Velcro® ainsi que l’apparence de la peau sous celle-ci au moins 1 fois par jour.
Pourquoi ?

Une tension trop forte de la bande de fixation peut :

  • causer une irritation de la peau,
  • être inconfortable lorsque votre enfant pleure, rit ou mange.
  • gêner la toux.

Une tension trop lâche de la bande de fixation peut :

  • laisser bouger la canule de trachéostomie et endommager la trachée,
  • causer une décanulation accidentelle.

Étape 13 : Nettoyer et ranger l’ancienne bande Velcro®

  • Lavez l’ancienne bande dans une eau savonneuse tiède, bien rincez et laissez sécher à l’air.
  • Serrez la bande dans un sac prévu à cet effet (ex : taie d’oreiller en coton) ou dans un contenant propre, sec et avec un couvercle pour la protéger de la poussière et de la saleté.

Passez maintenant à l’étape 22.

Pourquoi ?

Un bon nettoyage de la bande Velcro®permet sa réutilisation.

La bande Velcro®se dégrade avec le temps, particulièrement si elle est lavée à l’eau chaude; la vérification de son adhérence assure la sécurité du maintien en place de la canule.

Le fait de bien rincer la bande évite qu’il reste du savon, ce qui pourrait irriter la peau.

Étape 14 : Examiner la peau du cou sous les cordons souillés (si en place)

Certains parents préfèrent observer, nettoyer et assécher la peau du cou après avoir enlevé le ou les cordons souillés. Si c’est votre cas, référez-vous à votre équipe de soins pour ajuster cette étape et les suivantes.

Si la canule de votre enfant est fixée avec un ou 2 cordons en tissu :

  • Enlevez le pansement autour de la trachéostomie, s’il y en a un en place.
  • Soulevez légèrement les cordons en place pour bien voir l’état de la peau en-dessous.
  • Examinez-la; celle-ci devrait avoir la même apparence que celle de son thorax.
  • Vérifiez s’il y a de la rougeur, de la chaleur, de l’enflure, des démangeaisons, de petits boutons, de petites blessures ou un saignement.
  • Si un ou l’autre de ces signes est présent, contactez votre équipe de soins qui vous fera des recommandations appropriées selon la condition de votre enfant.
Pourquoi ?

Cette étape permet de détecter s’il y a une irritation de la peau.

Étape 15 : Nettoyer et assécher la peau du cou

  • Lavez le cou à l’eau du robinet avec une débarbouillette et du savon doux sans huile ni parfum (ex : « Dove »).
  • Nettoyez bien tous les plis de la peau du cou.
  • Rincez la peau et asséchez avec une serviette propre.
  • Assurez-vous que la peau est complètement sèche avant de passer à la prochaine étape.

Si la canule de votre enfant est fixée avec 1 cordon en tissu, passez à l’étape 18.

Si la canule de votre enfant est fixée avec 2 cordons en tissu, passez à l’étape suivante.

Pourquoi ?

Cette étape est importante pour garder la peau en santé.

Un bon séchage de la peau évite qu’elle demeure humide, ce qui peut causer de l’irritation ou une infection.

Étape 16 : Technique à 2 cordons : insérer les nouveaux cordons

  • Laissez les anciens cordons en place.
  • Pendant que la personne qui vous aide garde la canule stable et en place, glissez les cordons souillés vers le haut de l’ouverture des ailettes de la canule afin de laisser un espace pour installer les nouveaux cordons.
  • Sous l?ancien cordon, insérez l?extrémité en biseau du <span style="text-decoration: underline;">premier nouveau cordon</span> dans l?ouverture d?une des ailettes, de l?arrière vers l?avant.
  • Enfilez l’autre extrémité dans la fente du cordon préalablement découpée et tirez pour la fixer à l’ailette.

 

 

 

 

 

  • Passez le nouveau cordon derrière le cou en attente d’être attaché au 2ème.
  • Répétez l’étape pour le 2ème cordon dans l’autre ailette.
  • Sécurisez chaque cordon près de l’ailette avec du diachylon, comme enseigné par votre équipe de soins.
Pourquoi ?

Cette étape permet une mise en place sécuritaire des nouveaux cordons dans les ailettes de la canule.

Maintenir les anciens cordons en place limite les risques de décanulation accidentelle.

La sécurisation des cordons près des ailettes aide à  maintenir la canule en place.

Étape 17 : Technique à 2 cordons : attacher ensemble les nouveaux cordons

  • Pendant que la personne qui vous aide garde la canule stable et en place, tirez doucement sur les 2 nouveaux cordons derrière le cou pour qu’ils soient serrés et à plat.
  • Faites un premier noeud avec les nouveaux cordons sur le côté du cou en vous assurant que ce noeud tombe plat sur la peau.
  • Solidifiez le noeud avec un morceau de diachylon.
  • Modifiez l’endroit où le noeud accote sur le cou à chaque changement de cordons.

Passez maintenant à l’étape 20.

Pourquoi ?

Cette étape permet de stabiliser et de sécuriser la canule de trachéostomie en place.

Un changement dans le lieu d’appui du noeud des cordons évite l’irritation de la peau du cou.

Étape 18 : Technique à 1 cordon : insérer le nouveau cordon

  • Laissez l’ancien cordon en place.
  • Pendant que la personne qui vous aide garde la canule stable et en place, glissez le cordon souillé vers le haut de l’ouverture des ailettes de la canule afin de laisser un espace pour installer le nouveau cordon.
  • Sous l?ancien cordon, insérez l?extrémité en biseau du <span style="text-decoration: underline;">nouveau cordon</span> dans l?ouverture d?une des ailettes, de l?arrière vers l?avant.
  • Tirez sur le cordon pour rejoindre l’autre ailette par l’arrière du cou.
  • Insérez l?autre extrémité en biseau dans l?ouverture de l?autre ailette de l?arrière vers l?avant.
Pourquoi ?

Cette étape permet une mise en place sécuritaire du nouveau cordon dans les ailettes de la canule.

Maintenir l’ancien cordon en place limite les risques de décanulation accidentelle.

Étape 19 : Technique à 1 cordon : attacher le nouveau cordon

  • Pendant que la personne qui vous aide garde la canule stable et en place, tirez doucement sur les 2 extrémités du nouveau cordon derrière le cou pour que tout le cordon soit serré et à plat.
  • Faites un premier noeud avec les extrémités du cordon sur le côté du cou en vous assurant que ce noeud tombe plat sur la peau.
  • Modifiez l’endroit où le noeud accote sur le cou à chaque changement de cordons.
Pourquoi ?

Cette étape permet de stabiliser et de sécuriser la canule de trachéostomie en place.

Un changement dans le lieu d’appui du noeud des cordons évite l’irritation de la peau du cou.

Étape 20 : Ajuster la tension des nouveaux cordons

  • Remettez un nouveau pansement autour de la trachéostomie et sous les ailettes de la canule, au besoin.
  • Serrez le noeud juste assez fort pour permettre l?insertion du bout d’un doigt entre le cordon et la peau du cou.
  • Ajustez au besoin la tension du cordon pour stabiliser la canule trachéale.
  • Faites un deuxième noeud.

 

 

 

 

 

  • Coupez l’excédent des cordons à environ 2.5 à 5 cm des noeuds.
  • Solidifiez le noeud avec un morceau de diachylon.
  • Vérifiez la tension et l’état des cordons ainsi que l’apparence de la peau sous ceux-ci au moins 1 fois par jour.
Pourquoi ?

Une tension trop forte de la bande de fixation peut :

  • causer une irritation de la peau,
  • être inconfortable lorsque votre enfant pleure, rit ou mange,
  • gêner la toux.

Une tension trop lâche de la bande de fixation peut :

  • laisser bouger la canule de trachéostomie et endommager la trachée,
  • causer une décanulation accidentelle.

Deux noeuds évite le glissement et le relâchement des cordons.

Étape 21 : Enlever les anciens cordons

  • Pendant que la personne qui vous aide garde la canule stable et en place, couper les anciens cordons avec une paire de ciseaux à bouts ronds, en faisant attention de ne pas couper les nouveaux.
  • Si votre enfant porte une canule avec ballonnet, faites attention de ne pas couper le ballonnet témoin.
  • Retirez puis jetez les anciens cordons.
Pourquoi ?

Cette étape finalise la mise en place des nouveaux cordons.

L’utilisation de ciseaux à bouts ronds évite de blesser la peau du cou de votre enfant.

Étape 22 : Récupération

Voir texte complet ici 

Résumé :

Le soin est terminé. Lavez-vous à nouveau les mains.

Il est important de reconnaître les difficultés vécues pendant le soin mais aussi de terminer sur une bonne note. Aidez votre enfant à se sentir compétent en soulignant sa contribution et rappelez-lui qu’il fait partie de l’équipe.

  • Écoutez-le lorsqu’il vous parle de ce qu’il a trouvé difficile ou inconfortable pendant la procédure.
  • Réconfortezle s’il a de la douleur ou ressent de vives émotions. Remerciez-le d’avoir fait de son mieux. Soulignez ses efforts.
  • Guidez-le à reconnaître ses forces ayant aidé au succès de la procédure.
  • Discutez de ce qui devrait être fait de la même façon ou différemment la prochaine fois.
  • Tenez vos promesses si vous avez promis une récompense.
  • Récompensez-vous aussi.

Méthodes de soins : Changement de la canule trachéale simple

Indications

Fréquence

Matériel requis

Au besoin :

Gardez toujours à votre portée l’équipement nécessaire en cas d’urgence.

La méthode présentée concerne les soins pour une canule trachéale simple, non fenêtrée et sans ballonnet.

Référez-vous à votre équipe de soins pour les ajustements nécessaires à la méthode de soins si votre enfant porte une canule 2 pièces ou avec ballonnet.

Référez-vous à votre équipe de soins si le matériel utilisé ou la séquence des étapes enseignées est différente de ce qui est décrit ci-dessus.


Étape 1 : Anticipation

Voir texte complet ici

Résumé :

Votre enfant et vous formez une équipe; impliquez-le le plus tôt possible dans ses soins.

Prendre le temps d’établir une bonne relation de confiance avec votre enfant aide généralement à éviter des réactions indésirables, comme le fait d’être irritable, anxieux ou chercher à éviter/retarder la procédure.

Les trucs suivants aident à créer une ambiance agréable pour débuter le soin, autant pour lui que pour vous.

  • Créez le bon moment : intégrez le soin dans une routine.
  • Annoncez le soin et parlez-en ensemble
  • Formez une équipe avec votre enfant : Favorisez l’autonomie de votre enfant par des choix réalistes de gestes qu’il peut poser pour vous aider, Demeurez à son écoute. Gérez sa douleur et son anxiété par des stratégies de distraction et de positionnement.

Étape 2 : Préparation

Voir texte complet ici

Résumé :

  • Préparez l’environnement : Identifiez un endroit pour le soin. Fermez les fenêtres, les portes et le ventilateur. Lavez et séchez la surface de travail puis rassemblez le matériel nécessaire pour le soin et la stratégie de distraction.
  • Préparez votre enfant : Obtenez de l’aide au besoin. Assurez-vous que votre enfant est bien positionné et débutez les stratégies de distraction.
  • Préparez-vous : Choisissez un moment où vous êtes bien disposé pour faire le soin. Révisez la méthode et mettez un masque au besoin. Lavez-vous les mains.

Maintenant que vous êtes prêt à débuter le soin, profitez de l’occasion pour féliciter votre enfant et encouragez-le pour la suite de la procédure.

Étape 3 : Procédure

Voir texte complet ici 

Résumé :

Trois notions importantes à considérer :

  • Sécurité : Suivez bien les étapes qui vous ont été enseignées pour procéder au soin.
  • Flexibilité : Soyez prêt en tout temps à vous réajuster au besoin, en repositionnant votre enfant ou en l’immobilisant, en changeant de stratégie de distraction et en étant à l’écoute de ses pleurs ou de toutes autres réactions émotives.
  • Collaboration : Rassurez votre enfant en restant en contact avec lui verbalement et non-verbalement. Reconnaissez ses émotions, soyez patient et sachez reconnaître ses forces. Aidez-le à élargir la perception de ses sensations.

Étape 4 : Inspecter la nouvelle canule

  • Inspecter la nouvelle canule par les ailettes.
  • Insérez et retirez le mandrin de la canule pour vérifier qu’il glisse bien.
  • Inspectez visuellement l’extérieur et l’intérieur de la canule pour vous assurer qu’elle n’est ni endommagée, ni souillée.
Pourquoi ?

Cette étape assure que la nouvelle canule est propre et sécuritaire.

Étape 5 : Préparer la nouvelle canule, si désiré

  • Laissez le mandrin d’obturation en place dans la nouvelle canule.
  • Préparez la bande de fixation. Selon votre préférence, cette action peut être effectuée tout de suite ou après le changement de la canule au début de l’étape 16.
    • Si votre enfant utilise une bande Velcro® ou 1 cordon en tissu : insérez une extrémité dans l’ouverture d’une des ailettes de la nouvelle canule et fixez-la en place.
    • Si votre enfant utilise 2 cordons de tissu, insérez chaque extrémité dans l’ouverture de chacune des 2 ailettes de la canule et fixez-les en place.
  • Lubrifier la nouvelle canule. Selon votre préférence, cette action peut être effectuée tout de suite ou à l’étape 10.
  • Déposez la canule dans un contenant prévu à cet effet (ex : emballage de la nouvelle canule), en attendant.
Pourquoi ?

Le mandrin aide à l’insertion de la nouvelle canule; son extrémité arrondie protège la trachéostomie lors de l’insertion de la canule.

La mise en place de la bande de fixation sur la nouvelle canule à ce moment facilite les manipulations et rend la procédure plus sécuritaire.

Étape 6 : Positionner votre enfant

  • Installez votre enfant sur le dos.
  • Placez un rouleau de serviette sous ses épaules (et non pas au niveau du cou) de façon à faire basculer sa tête vers l’arrière (hyper-extension) afin de dégager le cou et bien visualiser la trachéostomie.
  • La procédure peut aussi se faire en position assise si votre enfant est coopératif.
Pourquoi ?

La position couchée est privilégiée car elle permet de bien dégager le cou pour mieux accéder à la trachéostomie et faciliter les soins.

Étape 7 : Aspirer les sécrétions trachéobronchiques au besoin

  • Aspirer les sécrétions trachéobronchiques au besoin.
  • Lavez-vous les mains à nouveau avant de passer à la prochaine étape.
  • Gardez l’appareil à succion, les cathéters et le ballon de réanimation à la portée de la main.
Pourquoi ?

Cette étape limite l’écoulement de sécrétions pendant le soin, ce qui peut empêcher de bien voir la trachéostomie pendant le changement de canule et améliore le confort de votre enfant.

Étape 8 : Sécuriser la canule en place

  • Demandez à la personne qui vous aide de sécuriser la canule en place en mettant ses doigts sur les ailettes de chaque côté.
  • Si votre enfant bouge beaucoup la tête, réconfortez-le et stabilisez sa tête avec une main sur le dessus de la tête.
Pourquoi ?

Cette étape rend la procédure plus sécuritaire.

Étape 9 : Enlever la bande de fixation

Pourquoi ?

Cette étape permet de procéder au changement de la canule.

Le dispositif de rétention étant retiré, le maintien de la canule en place évite qu’elle soit expulsée de la trachéostomie si votre enfant tousse ou bouge.

Étape 10 : Lubrifier la nouvelle canule (si pas déjà fait)

  • Pendant que la personne qui vous aide garde la canule stable et en place, prenez la nouvelle canule par son connecteur et lubrifiez le bout de la canule.
  • Si vous utilisez un lubrifiant à base d’eau :
    • déposez un peu de lubrifiant dans le contenant où se trouve la canule (ex : emballage original) et,
    • étendez la grosseur d’un petit pois sur les parois du bout de la canule en le roulant sur lui-même dans le lubrifiant.
  • Si vous utilisez une solution liquide (eau stérile, eau bouillie ou solution saline) :
    • trempez le bout de la canule dans la solution puis,
    • secouez légèrement pour éliminer les gouttes d’eau excédentaires.
  • Ne touchez pas au tube de la canule avec les doigts.
Pourquoi ?

Cette étape est nécessaire pour faciliter l’insertion de la canule.

Secouer l’excédent de solution de la canule diminue la toux pendant l’insertion.

Étape 11 : Retirer l’ancienne canule

  • Si votre enfant utilise un respirateur, débranchez-le de la trachéostomie et pesez sur le bouton d’alarme pour cesser temporairement l’alarme sonore.
  • Surveillez la respiration de votre enfant.
  • Lors d’une expiration, la personne qui vous aide retire la canule en suivant la courbure naturelle de celle-ci (en faisant un arc de cercle vers le haut).
  • Profitez de l’occasion pour observer l’état de la peau autour de la trachéostomie.
Pourquoi ?

Cette étape permet de retirer la canule de façon sécuritaire en évitant de blesser votre enfant.

Étape 12 : Débuter l’insertion de la nouvelle canule

  • Installez-vous sur le côté de votre enfant.
  • Penchez légèrement la tête de votre enfant par l’arrière pour élargir l’ouverture de la trachéostomie, au besoin.
  • En tenant la canule à « 3 heures » ou à « 9 heures », commencez à l’insérer dans la stomie de la trachée en la tournant vers « 6 heures » tout en suivant la courbure naturelle de la trachée.

Il est possible que vous ayez à peser à nouveau sur le bouton d’alarme pour continuer à interrompre l’alarme sonore.

Pourquoi ?

Cette étape permet une insertion sécuritaire de la canule.

Étape 13 : Poursuivre l’insertion de la nouvelle canule

  • Continuez à insérer la canule dans la trachée d’un geste sûr, sans forcer tout en suivant la courbure naturelle de la trachée.
  • Si vous avez de la difficulté à débuter l’insertion de la canule : penchez la tête de votre enfant un peu plus par en arrière et mettez la trachéostomie entre vos 2 doigts pour agrandir l’ouverture avant d’essayer à nouveau d’insérer la canule.
  • Si la canule ne passe pas facilement et que vous sentez une résistance pendant l’insertion : suivez les étapes dans la rubrique « Foire aux question/ Résistance ou impossibilité d’insérer la nouvelle canule trachéale ».

Il est possible que vous ayez à peser à nouveau sur le bouton d’alarme pour continuer à interrompre l’alarme sonore.

Pourquoi ?

Cette étape permet une insertion sécuritaire de la canule.

La résistance au début de l’insertion de la canule est causée par la canule qui touche à la trachée.

Étape 14 : Terminer l’insertion de la nouvelle canule

  • Dès que la nouvelle canule est insérée complètement, tenez-la en place d’une main et retirez immédiatement le mandrin de l’autre main.

Il est possible que vous ayez à peser à nouveau sur le bouton d’alarme pour continuer à interrompre l’alarme sonore.

Pourquoi ?

Votre enfant ne peut pas respirer si le mandrin reste en place.

Étape 15 : Sécuriser la canule avec la bande de fixation

  • Pendant que vous gardez la canule stable et en place, la personne qui vous aide initie ou termine l’installation de la bande de fixation.
  • Si votre enfant utilise un respirateur, rebranchez-le à la trachéostomie.
  • Si l’alarme du respirateur ne s’est pas réactivée de nouveau par elle-même, pesez sur le bouton d’alarme pour réactiver l’alarme sonore.
Pourquoi ?

Cette étape permet de stabiliser et de sécuriser la canule de trachéostomie en place pour éviter une décanulation accidentelle.

Étape 16 : Vérifier le positionnement de la nouvelle canule

  • Vérifiez si le thorax de votre enfant monte et redescend pour évaluer s’il respire bien ou est bien ventilé par le respirateur, s’il y a lieu.
  • Au besoin, essuyez ou aspirez les sécrétions qui peuvent être expectorées par la trachéostomie.
Pourquoi ?

Cette étape permet de confirmer le bon positionnement de la canule.

Étape 17 : Ajuster la tension de la bande de fixation

  • Au besoin, remettez un nouveau pansement autour de la trachéostomie et sous les ailettes de la canule.
  • Ajustez la tension de la bande de fixation :
  • Vérifiez si vous pouvez passer le bout d’un doigt entre la bande et la peau du cou.
  • Ajustez au besoin pour bien sécuriser la tension de la bande.
Pourquoi ?

Une tension trop forte de la bande de fixation peut :

  • causer une irritation de la peau,
  • être inconfortable lorsque votre enfant pleure, rit ou mange,
  • gêner la toux.

Une tension trop lâche de la bande de fixation peut :

  • laisser bouger la canule de trachéostomie et endommager la trachée,
  • causer une décanulation accidentelle.

Étape 18 : Nettoyer la canule réutilisable ou jetez la canule à usage unique

  • Canule réutilisable :
    • Manipulez toujours la canule par son connecteur ou avec une compresse propre pour éviter de toucher au corps de la canule avec les doigts.
    • Nettoyez la canule immédiatement à la fin de la procédure selon les recommandations du fabriquant ou de votre équipe de soins.
    • Entreposez la canule propre dans un sac prévu à cet effet (ex : sac en coton) ou dans un contenant propre, sec et avec un couvercle.
  • Canule à usage unique :
    • Jetez-la dans les déchets domestiques.
Pourquoi ?

Cette étape est nécessaire pour prévenir les infections lors d’une prochaine utilisation de la canule.

Étape 19 : Récupération

Voir texte complet ici 

Résumé :

Le soin est terminé. Lavez-vous à nouveau les mains.

Il est important de reconnaître les difficultés vécues pendant le soin mais aussi de terminer sur une bonne note. Aidez votre enfant à se sentir compétent en soulignant sa contribution et rappelez-lui qu’il fait partie de l’équipe.

  • Écoutez-le lorsqu’il vous parle de ce qu’il a trouvé difficile ou inconfortable pendant la procédure.
  • Réconfortezle s’il a de la douleur ou ressent de vives émotions. Remerciez-le d’avoir fait de son mieux. Soulignez ses efforts.
  • Guidez-le à reconnaître ses forces ayant aidé au succès de la procédure.
  • Discutez de ce qui devrait être fait de la même façon ou différemment la prochaine fois.
  • Tenez vos promesses si vous avez promis une récompense.
  • Récompensez-vous aussi.

Méthodes de soins : Administration de médicaments par trachéostomie

Indications

Considérations :

Nébuliseur à petit format :

Entretien du matériel

Nous vous proposons une façon de faire de base qui peut vous servir de guide pour l’entretien du matériel chaque semaine.

Coffret trachéal :

Tubulure et compresseur :

Nébuliseur :

Remplacement du matériel

 

Inhalateur-doseur avec chambre d’espacement :

529.aerosol dose vapor in lungs

 

Entretien du matériel

Nous vous proposons une façon de faire de base qui peut vous servir de guide pour l’entretien du matériel. La fréquence proposée peut être plus différente selon les recommandations de votre équipe de soins.

lnhalateur-doseur (chaque semaine) :

Chambre d’espacement (aux 2 semaines) :

Remplacement du matériel

 

Instillation

 

Conservation des médicaments

Fréquence

Selon les indications de la prescription médicale

Matériel requis

Pour un traitement par nébuliseur à petit format :

Pour un traitement par inhalateur-doseur :

Au besoin :

Gardez toujours à votre portée l’équipement nécessaire en cas d’urgence.

Référez-vous à votre équipe de soins si le matériel utilisé ou la séquence des étapes enseignées est différente de ce qui est décrit ci-dessus.

Par nébuliseur à petit format


Étape 1 : Anticipation

Voir texte complet ici

Résumé :

Votre enfant et vous formez une équipe; impliquez-le le plus tôt possible dans ses soins.

Prendre le temps d’établir une bonne relation de confiance avec votre enfant aide généralement à éviter des réactions indésirables, comme le fait d’être irritable, anxieux ou chercher à éviter/retarder la procédure.

Les trucs suivants aident à créer une ambiance agréable pour débuter le soin, autant pour lui que pour vous.

  • Créez le bon moment : intégrez le soin dans une routine.
  • Annoncez le soin et parlez-en ensemble
  • Formez une équipe avec votre enfant : Favorisez l’autonomie de votre enfant par des choix réalistes de gestes qu’il peut poser pour vous aider, Demeurez à son écoute. Gérez sa douleur et son anxiété par des stratégies de distraction et de positionnement.

Étape 2 : Préparation

Voir texte complet ici

Résumé :

  • Préparez l’environnement : Identifiez un endroit pour le soin. Fermez les fenêtres, les portes et le ventilateur. Lavez et séchez la surface de travail puis rassemblez le matériel nécessaire pour le soin et la stratégie de distraction.
  • Préparez votre enfant : Obtenez de l’aide au besoin. Assurez-vous que votre enfant est bien positionné et débutez les stratégies de distraction.
  • Préparez-vous : Choisissez un moment où vous êtes bien disposé pour faire le soin. Révisez la méthode et mettez un masque au besoin. Lavez-vous les mains.

Maintenant que vous êtes prêt à débuter le soin, profitez de l’occasion pour féliciter votre enfant et encouragez-le pour la suite de la procédure.

Étape 3 : Procédure

Voir texte complet ici 

Résumé :

Trois notions importantes à considérer :

  • Sécurité : Suivez bien les étapes qui vous ont été enseignées pour procéder au soin.
  • Flexibilité : Soyez prêt en tout temps à vous réajuster au besoin, en repositionnant votre enfant ou en l’immobilisant, en changeant de stratégie de distraction et en étant à l’écoute de ses pleurs ou de toutes autres réactions émotives.
  • Collaboration : Rassurez votre enfant en restant en contact avec lui verbalement et non-verbalement. Reconnaissez ses émotions, soyez patient et sachez reconnaître ses forces. Aidez-le à élargir la perception de ses sensations.

Étape 4 : Préparer le médicament

  • Vérifiez si le nom de votre enfant apparait sur le dessus de la boite des nébules.
  • Vérifiez que :
    • la date du médicament ne soit pas expirée,
    • le nom du médicament et la dose soient les mêmes que ceux prescrits pour votre enfant.
Pourquoi ?

Cette étape assure l’administration sécuritaire du médicament.

Étape 5 : Ajouter le médicament dans le nébuliseur

Si le médicament est pré-mélangé :

  • Ouvrez un nébule : tenez solidement la partie supérieure et faites un mouvement de torsion avec la partie inférieure.

584.twist off nebule tip.FINAL

 

 

 

 

 

  • Dirigez l’ouverture du nébule vers le haut du nébuliseur et pressez délicatement pour que le médicament s’écoule dans la chambre du nébuliseur par le capuchon.

 

 

 

 

 

  • Gardez toujours le nébuliseur bien droit.
  • Assurez-vous de vider complètement le nébule.
  • Jetez le nébule vide dans les déchets.

Si le médicament doit être mélangé : suivez les instructions de votre équipe de soins.

Pourquoi ?

Cette étape permet de mettre le médicament dans le nébuliseur pour la vaporisation.

Maintenir le nébuliseur en position verticale pendant l’ajout du médicament évite qu’il se répande à l’extérieur.

Étape 6 : Préparer le système d’administration

  • Placez le compresseur sur une table ou un comptoir propre dans une pièce aérée et non poussiéreuse.
  • Branchez-le à la prise de courant électrique la plus proche. Évitez d’utiliser une rallonge électrique.
  • Installez le coffret trachéal sur le dessus du nébuliseur.
  • Raccordez une extrémité du tube de raccordement à la chambre du nébuliseur et l’autre extrémité à la sortie d’air du compresseur.
  • Assurez-vous que le tube n’est pas coudé, plié ou coincé.
  • Vérifiez que tous les raccords soient solides.
Pourquoi ?

Cette étape est un préalable à l’administration du médicament.

Étape 7 : Positionner votre enfant

  • Installez votre enfant en position assise.
  • Si la position n’est pas possible, installez votre enfant :
    • dans une des positions discutées avec votre équipe de soins,
    • vous permettant de bien accéder à sa trachéostomie,
    • dans une position qui permet de maintenir le nébuliseur en position verticale pendant tout le traitement.
    • selon son confort, son âge et sa capacité à collaborer.
Pourquoi ?

La position assise favorise le dépôt du médicament dans les poumons.

Étape 8 : Aspirez les sécrétions trachéobronchiques, au besoin

Pourquoi ?

Cette étape permet d’éliminer le plus possible les sécrétions dans les voies respiratoires pour une meilleure dispersion du médicament.

Étape 9 : Mettez le compresseur en marche

En fonction de l’enseignement reçu par votre équipe de soins, il est possible de faire l’étape 10 avant celle-ci.

  • Mettez le compresseur en marche en pressant sur le bouton ON/OFF.
  • Surveillez la production de brouillard dans le coffret trachéal.
Pourquoi ?

Cette étape permet l’administration du médicament.

Étape 10 : Placer le coffret trachéal

  • Installez le coffret trachéal sur la trachéostomie de votre enfant.
  • Glissez la bande élastique derrière son cou et tirez les extrémités de la bande élastique jusqu’à ce que l’ajustement soit adéquat.
  • Assurez-vous que le coffret trachéal soit positionné de façon à ce que le liquide vaporisé arrive à l’entrée de la canule de trachéostomie.
Pourquoi ?

Cette étape assure que toute la dose de médicament soit bien vaporisée dans la trachéostomie.

Étape 11 : Administrer le médicament

  • Maintenez le nébuliseur en position verticale pendant tout le traitement.
  • Si possible, demandez à votre enfant de respirer aussi calmement et régulièrement que possible.
  • Donnez quelques petits coups sur le nébuliseur pendant l’administration.
  • Continuez la nébulisation jusqu’à ce que le nébuliseur soit vide (environ 10 à 30 min).

 

 

 

 

 

  • Retirez le coffret trachéal.
  • Arrêtez le compresseur en pressant sur le bouton ON/OFF.
Pourquoi ?

Le compresseur pulvérise de fines gouttelettes du médicament dans le coffret trachéal.

Garder le nébuliseur en position verticale est nécessaire à son bon fonctionnement.

Respirer lentement et profondément favorise lune meilleure dispersion du médicament.

Donner de petits coups sur le nébuliseur assure qu’il ne reste pas de médicament collé sur la paroi.

Étape 12 : Aspirez les sécrétions trachéobronchiques au besoin

  • Aspirez les sécrétions trachéobronchiques au besoin.
  • Lorsqu’indiqué, demandez à votre enfant de tousser après le traitement.
  • Au besoin, aspirez les sécrétions après le traitement, si recommandé par votre équipe de soins.
  • Lavez-vous les mains à nouveau après la procédure avant de passer à la prochaine étape.
Pourquoi ?

Cette étape permet d’éliminer le plus possible les sécrétions dans la canule et favorise le confort de votre enfant.

Étape 13 : Nettoyer et entreposer le matériel

  • Après le traitement, désassemblez le coffret trachéal, le nébuliseur et le tube de raccordement.
  • Séparez les pièces du nébuliseur.
  • Rincez la chambre et le capuchon du nébuliseur sous le robinet à l’eau tiède.
  • Secouez doucement pour enlever l’excédent d’eau.
  • Laissez sécher à l’air libre sur un papier essuie-tout ou une serviette propre.
  • Essuyez le coffret trachéal avec un linge humide.
  • Il n’est pas nécessaire de nettoyer le tube du nébuliseur. Assurez-vous qu’il n’y ait pas d’eau accumulée dans le tube. S’il y en a, mettez le compresseur en marche pour l’évacuer. Le tube doit être sec avant la prochaine utilisation.
  • Ne mettez pas le compresseur dans l’eau car il pourrait être endommagé.
  • Entreposez ensuite le matériel dans l’espace prévu à cet effet dans le compresseur d’air ou dans un sac jusqu’à la prochaine utilisation.
Pourquoi ?

Cette étape est nécessaire pour garder l’équipement fonctionnel et prévenir la contamination.

Étape 14 : Récupération

Voir texte complet ici 

Résumé :

Le soin est terminé. Lavez-vous à nouveau les mains.

Il est important de reconnaître les difficultés vécues pendant le soin mais aussi de terminer sur une bonne note. Aidez votre enfant à se sentir compétent en soulignant sa contribution et rappelez-lui qu’il fait partie de l’équipe.

  • Écoutez-le lorsqu’il vous parle de ce qu’il a trouvé difficile ou inconfortable pendant la procédure.
  • Réconfortezle s’il a de la douleur ou ressent de vives émotions. Remerciez-le d’avoir fait de son mieux. Soulignez ses efforts.
  • Guidez-le à reconnaître ses forces ayant aidé au succès de la procédure.
  • Discutez de ce qui devrait être fait de la même façon ou différemment la prochaine fois.
  • Tenez vos promesses si vous avez promis une récompense.
  • Récompensez-vous aussi.

Par inhalateur-doseur avec chambre d’espacement


Étape 1 : Anticipation

Voir texte complet ici

Résumé :

Votre enfant et vous formez une équipe; impliquez-le le plus tôt possible dans ses soins.

Prendre le temps d’établir une bonne relation de confiance avec votre enfant aide généralement à éviter des réactions indésirables, comme le fait d’être irritable, anxieux ou chercher à éviter/retarder la procédure.

Les trucs suivants aident à créer une ambiance agréable pour débuter le soin, autant pour lui que pour vous.

  • Créez le bon moment : intégrez le soin dans une routine.
  • Annoncez le soin et parlez-en ensemble
  • Formez une équipe avec votre enfant : Favorisez l’autonomie de votre enfant par des choix réalistes de gestes qu’il peut poser pour vous aider, Demeurez à son écoute. Gérez sa douleur et son anxiété par des stratégies de distraction et de positionnement.

Étape 2 : Préparation

Voir texte complet ici

Résumé :

  • Préparez l’environnement : Identifiez un endroit pour le soin. Fermez les fenêtres, les portes et le ventilateur. Lavez et séchez la surface de travail puis rassemblez le matériel nécessaire pour le soin et la stratégie de distraction.
  • Préparez votre enfant : Obtenez de l’aide au besoin. Assurez-vous que votre enfant est bien positionné et débutez les stratégies de distraction.
  • Préparez-vous : Choisissez un moment où vous êtes bien disposé pour faire le soin. Révisez la méthode et mettez un masque au besoin. Lavez-vous les mains.

Maintenant que vous êtes prêt à débuter le soin, profitez de l’occasion pour féliciter votre enfant et encouragez-le pour la suite de la procédure.

Étape 3 : Procédure

Voir texte complet ici 

Résumé :

Trois notions importantes à considérer :

  • Sécurité : Suivez bien les étapes qui vous ont été enseignées pour procéder au soin.
  • Flexibilité : Soyez prêt en tout temps à vous réajuster au besoin, en repositionnant votre enfant ou en l’immobilisant, en changeant de stratégie de distraction et en étant à l’écoute de ses pleurs ou de toutes autres réactions émotives.
  • Collaboration : Rassurez votre enfant en restant en contact avec lui verbalement et non-verbalement. Reconnaissez ses émotions, soyez patient et sachez reconnaître ses forces. Aidez-le à élargir la perception de ses sensations.

Étape 4 : Préparer le médicament

  • Vérifiez sur l’étiquette de la cartouche de médicament que :
    • le nom de votre enfant apparaisse,
    • la date du médicament ne soit pas expirée,
    • le nom du médicament et la dose soient les mêmes que ceux prescrits pour votre enfant.
  • Assurez-vous que la cartouche de médicament ne soit pas vide et qu’elle soit bien en place dans l’inhalateur-doseur.
  • Vérifiez si la chambre d’espacement est propre et sèche.
  • Retirez le capuchon en plastique de l’inhalateur-doseur pour découvrir l’embout.
Pourquoi ?

Cette étape assure l’administration sécuritaire du médicament.

Étape 5 : Positionner votre enfant

  • Installez votre enfant en position assise.
  • Si la position n’est pas possible, installez votre enfant :
    • dans une des positions discutées avec votre équipe de soins,
    • vous permettant de bien accéder à sa trachéostomie,
    • selon son confort, son âge et sa capacité à collaborer.
Pourquoi ?

La position assise favorise le dépôt du médicament dans les poumons.

Étape 6 : Préparer le système d’administration

  • Agitez énergiquement l’inhalateur-doseur pendant 10 secondes.
  • Si l’inhalateur-doseur est utilisé pour la 1ère fois, vaporisez 2 à 4 fois bouffées de fines particules dans l’air pour amorcer la cartouche, selon les indications de votre équipe de soins.
  • Placez verticalement l’inhalateur-doseur dans l’adaptateur situé dans la partie ouverte de la chambre d’espacement. L’inhalateur-doseur doit s’ajuster fermement dans l’ouverture.
Pourquoi ?

Cette étape est un préalable à l’administration du médicament.

L’agitation de l’inhalateur-doseur doit se faire juste avant l’administration du médicament.

Étape 7 : Brancher la chambre d'espacement au connecteur de la canule trachéale

  • Retirez le capuchon sur l’autre extrémité (embout trachéal) de la chambre d’espacement, si présent.
  • En stabilisant la canule de trachéotomie par les ailettes, branchez cette autre extrémité sur le connecteur de la canule.
  • Assurez-vous que votre enfant reste calme en le réconfortant et en tenant doucement sa tête.
  • Évitez autant que possible de faire bouger la canule durant la procédure.
Pourquoi ?

Cette étape assure l’administration sécuritaire du médicament.

Étape 8 : Vaporiser le médicament dans la chambre d’espacement

Déclenchez l’inhalateur-doseur en appuyant une fois fermement sur la cartouche de médicament (sur le dessus de l’inhalateur-doseur).

Pourquoi ?

Cette étape permet de vaporiser une dose dans la chambre d’espacement.

Étape 9 : Favoriser le déplacement du médicament jusqu’aux poumons

  • Si votre enfant peut collaborer, encouragez-le à prendre de grandes respirations régulières, lentes et profondes.
  • Comptez, en moyenne, 5 à 6 respirations (inspirations/expirations) par la trachéostomie.
  • Si la chambre d’espacement est munie d’un indicateur de débit respiratoire, assurez-vous qu’elle n’émet pas de sifflement. Si c’est le cas, demandez à votre enfant d’inspirer plus lentement.
Pourquoi ?

Cette étape favorise la dispersion du médicament jusqu’aux poumons.

La chambre d’espacement avec indicateur de débit émet un sifflement, si votre enfant inspire trop vite; il n’inspirera pas le médicament convenablement.

Étape 10 : Répéter selon le nombre de doses prescrites

  • Attendez une minute entre chaque dose.
  • Agitez énergiquement l’inhalateur-doseur pendant 10 secondes avant d’administrer une nouvelle dose.
  • Si plusieurs doses doivent être données, retirer la chambre d’espacement du connecteur de la canule trachéale entre les doses tout en stabilisant la canule par les ailettes.
  • Rebranchez la chambre d’espacement au connecteur de la canule pour poursuivre le traitement.
Pourquoi ?

Cette étape permet à votre enfant de recevoir la bonne quantité de médicament.

Étape 11 : Retirer et entreposer le matériel

  • À la fin du traitement, enlevez la chambre d’espacement du connecteur de la canule, en stabilisant la canule de trachéotomie par les ailettes.
  • Évitez autant que possible de faire bouger la canule durant le retrait.
  • Enlevez l’inhalateur-doseur de la chambre d’espacement.
  • Remettez le capuchon protecteur en place sur l’inhalateur-doseur et sur la chambre d’espacement, si présent.
  • Rangez l’inhalateur-doseur avec la cartouche de médicament et la chambre d’espacement dans le sac prévu à cet effet jusqu’à la prochaine utilisation.
Pourquoi ?

Cette étape est nécessaire pour garder l’équipement fonctionnel et prévenir la contamination.

Étape 12 : Récupération

Voir texte complet ici 

Résumé :

Le soin est terminé. Lavez-vous à nouveau les mains.

Il est important de reconnaître les difficultés vécues pendant le soin mais aussi de terminer sur une bonne note. Aidez votre enfant à se sentir compétent en soulignant sa contribution et rappelez-lui qu’il fait partie de l’équipe.

  • Écoutez-le lorsqu’il vous parle de ce qu’il a trouvé difficile ou inconfortable pendant la procédure.
  • Réconfortezle s’il a de la douleur ou ressent de vives émotions. Remerciez-le d’avoir fait de son mieux. Soulignez ses efforts.
  • Guidez-le à reconnaître ses forces ayant aidé au succès de la procédure.
  • Discutez de ce qui devrait être fait de la même façon ou différemment la prochaine fois.
  • Tenez vos promesses si vous avez promis une récompense.
  • Récompensez-vous aussi.

https://soinscomplexesadomicilepourenfants.com/soutien-respiratoire/soins-de-tracheostomie/

Fiabilité et stipulation d’exonération :Les connaissances médicales et techniques étant en constante évolution, cette information vous est fournie dans un but éducatif seulement. L’information disponible sur le présent site est présentée « telle quelle » sans garantie d’aucune sorte, qu’elle soit exprimée ou implicite. Elle ne doit en aucun moment se substituer à un avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié.

Une collaboration d’experts cliniques en pédiatrie de partout au Québec se sont assurés que le contenu de ce site soit précis, complet et qu’il reflète les meilleures pratiques s’appuyant sur les données probantes disponibles. Les collaborateurs « Soins complexes à domicile pour enfants » ne peuvent assumer et n’assumeront aucune responsabilité pour l’utilisation du contenu de ce document ni pour l’information présente dans les sites web cités en référence. Ces sites web vous sont fournis à titre informatif et n’évoquent pas l’endossement d’une collaboration avec des compagnies ou des produits particuliers. Veuillez consulter en tout temps le médecin de votre enfant et/ou un professionnel de la santé qualifié pour connaître les recommandations spécifiques aux besoins de santé de votre enfant.

Tous droits réservés : Aucune partie de ce document ne peut être reproduite ou transmise quelle qu’en soit la forme, électronique, mécanique, par photocopie ou par n’importe quelle modalité de stockage informationnel ou moyen de système de récupération, sans permission écrite et signée de l’auteur (à l’exception de brèves citations utilisées dans des revues ou des groupes de discussion, avec mention de l’auteur et de la source).

Copyright © 2018 Soins Complexes. Tous droits réservés/All rights reserved.