L’approche pédiatrique a pour but de comprendre et de répondre aux besoins des enfants.
L’approche pédiatrique comprend une méthode très efficace en 4 phases (Anticipation, Préparation, Procédure et Récupération) permettant de soutenir les enfants de tout âge dans leur adaptation aux soins médicaux. Les 4 phases peuvent être mises en place à l’hôpital, à la maison ou dans tout autre environnement où le soin est donné.

L’approche pédiatrique est spécialement aidante pour les enfants qui ont des besoins :

  • spécialisés (ex : dialyse péritonéale),
  • fréquents (ex : soins de colostomie quotidiens),
  • parfois douloureux ou inconfortables (ex : aspiration des sécrétions) ou,
  • nécessaires à long terme.

En quoi consiste l’approche pédiatrique?

Les parents et les proches aidants travaillent en équipe avec leur enfant en :

Nous vous recommandons de discuter avec votre équipe de soins si votre enfant a déjà des comportements défensifs face aux soins à recevoir, tels que :

  • pleure beaucoup;
  • est colérique, anxieux ou triste suite aux soins;
  • bouge beaucoup pendant le soin;
  • refuse les soins.

N’ignorez pas ces comportements. S’ils sont présents, il est dans le meilleur intérêt de votre enfant que vous interveniez le plus tôt possible. Votre enfant pourrait bénéficier des services de professionnels expérimentés dans le développement d’habiletés d’adaptation tels qu’une infirmière, un travailleur social, un psychologue ou un médecin. Apprenez sur les difficultés de comportements souvent rencontrées chez l’enfant et les solutions proposées. 

Votre équipe de soins peut faciliter votre compréhension de l’approche pédiatrique et son application à la maison. Les professionnels de l’équipe peuvent aider votre enfant à développer des stratégies d’adaptation pour composer avec les soins à recevoir.

Voyons en détail en quoi consiste l’approche pédiatrique.


Phase 1. Anticipation 

Votre enfant et vous formez une équipe; impliquez-le le plus tôt possible dans ses soins.

Prendre le temps d’établir une bonne relation de confiance avec votre enfant aide généralement à éviter les réactions indésirables, comme  le fait d’être irritable, anxieux ou chercher à éviter/retarder la procédure.

Les trucs suivants aident à créer une ambiance agréable pour aborder le soin, autant pour lui que pour vous.

 

A. Créez le bon moment

Anticipation

Intégrez le soin dans une routine. L’organisation d’un horaire délimitant et intégrant le temps alloué aux soins à l’intérieur des autres activités de la vie familiale facilitera l’adaptation de tous. Trouvez des conseils spécifiques dans la section Préparez-vous, Organiser la journée.

La routine est sécurisante pour votre enfant dans la mesure où elle lui permet de prédire ce qui va se passer (ex : après un jeu calme, avant le repas, etc).

Il est important de combler ses besoins élémentaires avant l’heure prévue du soin (ex : soif, faim, changement de couche, fatigue nécessitant une sieste…).

 

B. Annoncez le soin et parlez-en ensemble

annoncez

Selon l’âge de votre enfant et son stade de développement, l’annonce du soin devrait avoir lieu plus ou moins à l’avance du moment prévu. En général, il est bénéfique d’aviser les jeunes enfants au plus quelques minutes avant le soin alors que les enfants plus vieux s’adaptent mieux lorsqu’ils en sont avertis quelques heures à l’avance.

Tout-petitTrottineurExplorateurÂge scolaireAdolescent
quelques minutesquelques minutesquelques heuresquelques heuresquelques jours

Idéalement, quand le soin est bien intégré à la routine familiale, votre enfant anticipera facilement son début.

C’est aussi le bon moment pour lui fournir de l’information simple sur le soin et vérifier sa compréhension.

 

C. Formez une équipe avec votre enfant

Soyez une équipe
Favoriser l’autonomie=Être à
l’écoute
 + Réconforter
et Distraire
 + Positionner

Afin d’assurer le confort et la confiance de votre enfant, différentes stratégies peuvent être employées en même temps. Votre enfant et vous pouvez choisir ensemble la combinaison de stratégies qui vous sembleront la meilleure. Puisque votre enfant grandit et que ses besoins moteurs et affectifs changent, différentes tactiques pourront être essayées en court de traitement au fil du temps.

  • Favorisez son autonomie : Identifiez et offrez des choix réalistes de gestes que votre enfant peut faire pour vous aider et laissez-le décider.
  • Demeurez à son écoute : Vous êtes la personne qui connait le mieux votre enfant. Tentez d’anticiper ses réactions et encouragez l’expression de ses émotions (ex : irritable, anxieux). Le jeu médical peut la favoriser et faciliter son adaptation aux soins.
    Par exemple, votre enfant peut vouloir participer aux soins mais peut être irritable ou anxieux avant la procédure et peut même tenter de la retarder. Par le jeu thérapeutique, votre enfant peut exprimer ces émotions et y faire face d’une manière claire et simple.
  • Gérez sa douleur et son anxiété : La perception de la douleur et l’intensité du stress vécu est variable d’une personne à l’autre. Certains enfants percevront plus de douleur avec la répétition d’une procédure douloureuse tandis que d’autres trouveront le même traitement moins souffrant avec le temps. Des stratégies comportementales, comme la distraction et le positionnement peuvent rendre une procédure beaucoup plus confortable pour votre enfant. S’il est toujours inconfortable malgré ces techniques, discutez avec votre équipe de soins des autres alternatives possibles, incluant certains médicaments ou crèmes qui peuvent minimiser la douleur et le stress de la procédure.

Phase 2. Préparation

A. Préparez l’environnement 

Identifiez un lieu spécifique pour le soin, lorsque possible :

  • choisissez de préférence un endroit calme et propre;
  • si possible, évitez le lit pour faire le soin; le lieu où l’enfant dort doit rester sécurisant;
  • lorsque le soin le nécessite, installez-vous près d’un lavabo ou d’une toilette;
  • affichez une liste simplifiée des étapes à suivre dans un endroit visible du lieu de soin; cet outil pourra servir d’aide-mémoire au besoin pour assurer la sécurité du soin.

Au moment opportun, préparez l’environnement où le soin sera donné :

Fermez les fenêtres, les portes et le ventilateurLaver et séchez la surface de travailRassemblez le matériel nécessaire
fermerfenetrelaversecherPréparer
…pour éviter les courants d’air.
Éloignez les animaux pour des raisons d’hygiène.
…pour assurer la propreté.…pour le soin et pour la stratégie de distraction. Votre enfant peut aider à choisir celle-ci à l’avance.

Avant d’installer votre enfant, préparez tout ce qui peut être fait d’avance.

Disposez le matériel de façon à l’avoir directement à portée de main en cours de procédure.

 

B. Préparez votre enfant

Obtenez de l’aide au besoinPositionnez et distrayez
avoiraidedistraire
Obtenez l’aide d’une 2e personne si nécessaire, tout en ayant le moins de personnes possibles présentes, à moins que votre enfant le demande. Assurez-vous que cette personne comprenne bien ce qu’elle a à faire. Laissez aussi savoir à votre enfant ce que qu’elle fera. Soyez précis dans les explications du rôle attendu. À la fin du soin, discutez avec elle du déroulement afin d’améliorer la technique la prochaine fois.Positionner votre enfant tout en commençant à le distraire.

 

C. Préparez-vous

Dans la mesure du possible, choisissez un moment où vous êtes bien disposé pour faire le soin (calme, reposé, concentré, etc).

Révisez la méthode de soinsMettez un masque au besoin
(si le soin l’exige ou si vous avez un rhume)
Lavez-vous les mains

todonotemask1
mask3mask2
montreLaver-mains 2 minLaver-mains_vf image 2Laver-mains image 3Laver-mains image 4
Révisez mentalement la technique ou référez-vous à l’outil de référence de façon à vous sentir prêt à donner le soin.Assurez-vous de bien positionner le masque sur les ailes du nez et sous le menton. Un masque standard devrait être changé aux 30 minutes.Enlevez vos bijoux.Frottez bien vos mains avec un savon pendant au moins  2 minutes et rincez-les.Séchez-les bien et fermez le robinet avec un papier.
**Pour les soins demandant une technique stérile, l’ouverture des emballages doit être faite après vous être lavé les mains, juste avant de procéder au soin.

Maintenant que :

  • le matériel et l’équipement sont prêts,
  • vous avez une autre personne pour vous aider, si nécessaire,
  • votre enfant est bien positionné et a choisi sa méthode de distraction,
  • la médication préalable aux soins a été donnée, si nécessaire,
    vous êtes prêt à débuter le soin.

Profitez de l’occasion pour encourager et féliciter votre enfant, spécialement pour les choix judicieux qu’il a faits. Reconnaissez et encouragez-le face à ses forces. Par exemple : « Merci d’avoir tenu ton bras à l’extérieur. Le traitement sera plus facile. L’oreiller rose que tu as choisi pour mettre en-dessous fait que ton bras est confortable. Bon choix! » « Prêt à regarder le vidéo de Dora? Tu as choisi celui où Dora va à l’école? C’est un de mes favoris aussi. Ouvrons l’appareil pour commencer à l’écouter. » (votre enfant peut aider en appuyant sur le bouton d’ouverture).


Phase 3. Procédure

Le soin débute et le défi est grand : assurez-vous de le faire en respectant la technique que l’on vous a enseignée, de façon sécuritaire et en restant à l’écoute de votre enfant.

Trois notions importantes à considérer :

  • Sécurité : Suivez bien les étapes qui vous ont été enseignées pour procéder au soin. Discutez au besoin avec votre équipe de soins des adaptations pour votre enfant qui semblent nécessaires.
  • Flexibilité : Les soins sont meilleurs quand la personne qui les donne demeure alerte et répond bien aux besoins de l’enfant. Assurez-vous que votre enfant est confortable et bien positionné. Si ce n’est pas le cas, faites les ajustements nécessaires. Est-ce que la stratégie de distraction fonctionne? Sinon, peut-être une autre forme de distraction peut être nécessaire avant de procéder aux soins.
    Suivez le rythme de votre enfant en prenant de courtes pauses, si nécessaire.
    Certains enfants ont besoin d’être en contrôle et pourront aimer alterner entre la distraction et la participation active au soin. Les ajustements nécessaires dépendent beaucoup des réactions de votre enfant. Parfois, il vaut mieux ralentir le soin lorsque votre enfant a un inconfort et ajouter une stratégie de distraction (ex : compter jusqu’à 7 ou souffler pendant qu’on décolle un bout de pansement). Pour d’autres enfants, il s’agit de maintenir un bon rythme et de profiter de la période où ils sont calmes.
  • Collaboration : Quand vous communiquez avec votre enfant, il se sent en sécurité ; vous formez ainsi une équipe efficace. Dépendamment des besoins spécifiques de votre enfant, essayez ces trucs pour bâtir cette équipe :
    • Rassurez-le en lui faisant comprendre non verbalement (le regardez dans les yeux, le toucher) ou verbalement (lui parler) que vous êtes présent.
      • Dites-lui que vous restez présent.
      • Restez proche de lui, touchez ses cheveux, tenez sa main, caressez son dos, donnez-lui des bisous.
      • Décrivez-lui ce qui se passe ou parlez-lui d’un autre sujet qui l’intéresse.
      • Évitez les phrases comme « Ça va être correct », « C’est bientôt terminé » ou « Je m’excuse ».
    • Reconnaissez ses émotions, soyez patient et sachez reconnaître ses forces dans la situation.
      • Il est important d’être honnête avec votre enfant au sujet des difficultés du soin.
      • Aidez votre enfant à reconnaître ses propres forces en les nommant pour lui. Offrez-lui des encouragements spécifiques, comme par exemple : « Tu es si courageux; même si tu es triste, tu ne bouges pas. »; « C’est difficile mais tu es très bon. »;  « Ça nous aide beaucoup que tu restes sans bouger, merci. »
      • Aidez-le à élargir la perception de ses sensations pour qu’il comprenne que toute la procédure n’est pas douloureuse ou difficile mais que seulement une petite partie est déplaisante. À l’aide d’exemples, guidez-le à identifier ce qu’il ressent pendant le soin. Pour la prise d’un nouveau médicament : « Est-ce que c’est désagréable ou si c’est froid? »; « Ça goûte différent… D’autres enfants disent que ça goûte comme (…); Qu’est-ce que tu en penses? ». Pour le nettoyage de la peau avant la procédure : « C’est froid, n’est-ce pas? aimes-tu la sensation de chatouillement du froid? C’est comme aller jouer dehors dans la neige. »

Phase 4. Récupération

Récupération

 

Le soin est terminé. Lavez-vous à nouveau les mains.

Il est important de reconnaître les difficultés vécues pendant le soin mais aussi de terminer sur une bonne note. Aidez votre enfant à se sentir compétent en soulignant sa contribution et rappelez-lui qu’il fait partie de l’équipe.

  • Écoutez-le (et questionnez-le) sur ce que votre enfant a à dire au sujet des parties de la procédure qu’il a trouvé difficiles ou inconfortables.
  • Réconfortez-le s’il a de la douleur ou ressent de grandes émotions. Rassurez-le sur le fait que ces difficultés sont normales et qu’avec la pratique, elles diminueront. Remerciez-le d’avoir fait de son mieux. Prenez le temps de souligner que ses efforts vous ont beaucoup aidé et que vous avez confiance que la procédure se déroulera encore mieux la prochaine fois.
  • Guidez-le à reconnaître ses forces ayant aidé au succès de la procédure. Par exemple, félicitez-le d’être resté immobile malgré ses pleurs, d’avoir été patient même si le soin s’est prolongé, d’avoir participé en vous donnant le matériel même s’il avait peur.
  • Discutez de ce qui devrait être fait de la même façon ou différemment la prochaine fois : la même position? une autre stratégie de distraction?
  • Tenez vos promesses. Si vous avez promis une récompense, ne l’oubliez pas; votre enfant ne l’oubliera pas, lui! La fierté d’avoir bien réussi peut aussi être soulignée comme étant une belle récompense.
  • Récompensez-vous aussi. Prodiguez des soins à votre enfant à la maison est un accomplissement digne de mention. Soyez fier de vos nouvelles habiletés à donner des soins sécuritaires, efficaces et de manière positive à votre enfant.

 


Téléchargez la brochure PDF des 4 phases de l’approche pédiatrique